• Décès de Mathieu Leveque, 14 ans, en classe : Tristesse et révolte d’un père en quête de vérité
  • Agnès Cateaux : oh my look !
  • Batti Gul Meter Chalu : Laissons entrer la lumière
  • Championnat du monde junior de Kick-Boxing : Warren Robertson, la fierté de ses proches
  • La Nonne : Maser fer per pe vini
  • Peppermint : Jennifer Garner est une «fam souper»
  • Braqueurs d’élite : Opération fond du lac
  • BlacKkKlansman : Ku Klux Noir
  • Suite au décès de sa belle-fille dans l’accident de La Prairie : L’appel à l’aide de Shirley pour ses petits-enfants
  • Hippisme 25e journée | King’s County réussit son pari

Sicario : La Guerre des Cartels | Traffic et kidnapping

Benicio Del Toro et Josh Brolin dans une situation qui va vite devenir hors de contrôle.

Trafic de drogue, violence et plein d’affrontements aux fusils vous donnent rendez-vous dans ce thriller qui s’annonce pessimiste et sombre. Brrr….

Et si on faisait s’entretuer ces sales trafiquants ? Et si on s’y prenait en organisant le kidnapping d’une fille d’un des grands barons des cartels qui pourrissent le Mexique ? C’est le point de départ de Sicario : La Guerre des Cartels, suite du premier film, où l’on retrouve le personnage interprété par Benicio Del Toro dans de nouvelles péripéties. Face à lui, l’agent fédéral joué par Josh Brolin. Et au milieu des deux, une situation qui va très vite devenir hors de contrôle.

 

Le réalisateur Stefano Sollima, qui a notamment mis en scène plusieurs épisodes de la série Gomorra, semble avoir compris son coup. Car par les temps qui courent, il y a eu, surtout du côté du petit écran, de belles dépictions du monde des cartels et du trafic de drogue, avec en tête de liste des séries comme Narcos et El Chapo. Même le récent Loving Pablo, pourtant porté par un sacré duo d’acteurs (Javier Bardem et Penelope Cruz) n’a pu atteindre le niveau de ces deux séries. Le premier volet de Sicario, de Denis Villeneuve (Premier Contact, Blade Runner 2049), un thriller atmosphérique très intense, avait lui-même placé la barre très haut. La comparaison semble donc inévitable, en plus face à des ténors qui ont déjà tellement parlé du sujet.

 

Du coup, Sollima joue la carte de l’action (c’est plus mouvementé que dans le premier volet), tout en essayant de garder l’ambiance du premier. À l’écran, c’est plutôt intense (la prestation du duo d’acteurs – Benicio Del Toro et Josh Brolin en pleine forme  –  aide aussi), violent, avec un sentiment de monde pessimiste bien présent. Du coup, sans être aussi mémorable que le premier opus, cette guerre des cartels n’en reste pas moins sympa.