• Adi Teelock : «Dans 30 ans, nous allons perdre environ 15 % des plages»
  • Comment garder la forme en été
  • Judo News : La bande à Baptiste Leroy au Sénégal
  • Wendi Madré ou les doigts de fée d’une créatrice
  • Shad, un an et demi, hospitalisé suite à une chute dans les escaliers | Ses parents : «Nous voulons des réponses…»
  • Anishta Seesurrun : au nom de ma sœur Kerina
  • Il est admis à l’hôpital de Candos depuis 16 mois : Le long calvaire du petit Shishaan à l’unité des grands brûlés
  • Metro Express : sur les rails du mécontentement
  • Et si on était Vincent Duvergé…
  • «Busy B» à Flacq : L’appel de l’Est de Béatrice Bijoux Bellepeau

Sicario : La Guerre des Cartels | Traffic et kidnapping

Benicio Del Toro et Josh Brolin dans une situation qui va vite devenir hors de contrôle.

Trafic de drogue, violence et plein d’affrontements aux fusils vous donnent rendez-vous dans ce thriller qui s’annonce pessimiste et sombre. Brrr….

Et si on faisait s’entretuer ces sales trafiquants ? Et si on s’y prenait en organisant le kidnapping d’une fille d’un des grands barons des cartels qui pourrissent le Mexique ? C’est le point de départ de Sicario : La Guerre des Cartels, suite du premier film, où l’on retrouve le personnage interprété par Benicio Del Toro dans de nouvelles péripéties. Face à lui, l’agent fédéral joué par Josh Brolin. Et au milieu des deux, une situation qui va très vite devenir hors de contrôle.

 

Le réalisateur Stefano Sollima, qui a notamment mis en scène plusieurs épisodes de la série Gomorra, semble avoir compris son coup. Car par les temps qui courent, il y a eu, surtout du côté du petit écran, de belles dépictions du monde des cartels et du trafic de drogue, avec en tête de liste des séries comme Narcos et El Chapo. Même le récent Loving Pablo, pourtant porté par un sacré duo d’acteurs (Javier Bardem et Penelope Cruz) n’a pu atteindre le niveau de ces deux séries. Le premier volet de Sicario, de Denis Villeneuve (Premier Contact, Blade Runner 2049), un thriller atmosphérique très intense, avait lui-même placé la barre très haut. La comparaison semble donc inévitable, en plus face à des ténors qui ont déjà tellement parlé du sujet.

 

Du coup, Sollima joue la carte de l’action (c’est plus mouvementé que dans le premier volet), tout en essayant de garder l’ambiance du premier. À l’écran, c’est plutôt intense (la prestation du duo d’acteurs – Benicio Del Toro et Josh Brolin en pleine forme  –  aide aussi), violent, avec un sentiment de monde pessimiste bien présent. Du coup, sans être aussi mémorable que le premier opus, cette guerre des cartels n’en reste pas moins sympa.