• Adi Teelock : «Dans 30 ans, nous allons perdre environ 15 % des plages»
  • Comment garder la forme en été
  • Judo News : La bande à Baptiste Leroy au Sénégal
  • Wendi Madré ou les doigts de fée d’une créatrice
  • Shad, un an et demi, hospitalisé suite à une chute dans les escaliers | Ses parents : «Nous voulons des réponses…»
  • Anishta Seesurrun : au nom de ma sœur Kerina
  • Il est admis à l’hôpital de Candos depuis 16 mois : Le long calvaire du petit Shishaan à l’unité des grands brûlés
  • Metro Express : sur les rails du mécontentement
  • Et si on était Vincent Duvergé…
  • «Busy B» à Flacq : L’appel de l’Est de Béatrice Bijoux Bellepeau

Serge Selvon rassemble l’art post-colonial

L’artiste est un mauricien qui a posé ses valises en Allemagne.

Ce projet, initié par la défunte cellule Culture et Avenir du PMO, refait surface. Tout l’art plastique post-Indépendance est rassemblé dans un ouvrage à paraître à la fin de l'année (entre novembre et décembre si tout se passe bien). L'initiative est à mettre au compte de Serge Selvon, artiste mauricien qui, il y a plusieurs décennies, a posé ses valises en Allemagne où il a exposé de nombreuses fois.

 

Il nous parle de cette expérience qui lui prend tout son temps ces dernières semaines : «C'est un projet auquel j'ai très vite pris goût en 2012, avec sa naissance. Cela nécessite un gros travail de recherche mais c’est très enrichissant. Bien sûr, il y a eu de l'évolution après toutes ces années. Donc, je suis en plein travail de réactualisation à Maurice et à Rodrigues, où je vais, par exemple, rencontrer Jacques Désiré Wong So.»

 

Le livre, d’une soixantaine de pages, va inclure une première partie qui raconte un peu d'Histoire, avec aussi un côté pédagogique pour expliquer l'art post-colonial. Puis, place aux artistes eux-mêmes (des Mauriciens d’ici et d’ailleurs), une bonne quarantaine au total, qui vont expliquer les mutations de l'art plastique après l'Indépendance, les nouvelles revendications, les anciennes, avec, bien sûr, des clichés de plusieurs de leurs œuvres.

 

«Des photos imbriquées dans la réflexion de l’artiste. Au final, on peut parler d'un catalogue décrivant cet art post-colonial, avec une sorte de base de données, sans oublier l'art bien sûr», explique Serge Selvon.  

 

Tout ce programme est à découvrir dans quelques mois.