• Dawn’s Early Light : un partage tout en musique
  • ACCA Mauritius accueille ses nouveaux membres
  • Dans la cuisine de Prerrna Mirchi
  • Deux concerts changent de lieu
  • Le nouveau voyage de Gaël Froget
  • Shadow of the Tomb Raider : Lara toujours «kas dan ta» !
  • Quand le «Startup Weekend» fait des gagnants 
  • La vie de fashionisto de Miguel
  • Désiré François lance sa «Matante»
  • Scalpel Victor, rappeur sentimental

The Passenger : Liam Neeson mené à train d’enfer

L’acteur fait encore sa star de film d’action dans un moyen de transport en commun.

Un long-métrage, qui nous met sur les rails, pointe le bout de son nez dans nos salles. Avec, en plus, monsieur Taken qui va encore nous faire son show.

Après l’avion, le train. Décidément, quand on s’appelle Liam Neeson, la vie n’est pas de tout repos. Toujours fatigué après trois Taken remplis de cadavres de méchants et à peine sorti de Non-Stop où il devait trouver un tueur anonyme dans un avion, voici qu’il doit retrouver un passager dans… The Passenger (The Commuter en VO, allez savoir…).

 

Car Liam est Michael. Et celui-ci est du genre tranquille, à prendre le train de banlieue pour rentrer chez lui. Mais un jour, tout est bouleversé. Il reçoit un mystérieux appel pour retrouver un passager qui ne l’est pas moins. C’est le début d’une course contre la montre (il y aura des morts si le passager n’est pas retrouvé lorsque le train arrive à destination) qui va devenir de plus en plus dangereuse pour Michael et son entourage.

 

Le réalisateur Jaume Collet-Serra aime, semble-t-il, les concepts de huis clos musclés dans des moyens de transport en commun. Il nous ressort donc plus ou moins la même formule que Non-Stop, à quelques détails près. Du coup, on est bien servis par l’action frénétique (bate touye dans les wagons, explosions, Liam qui fait du saut en longueur) et des rebondissements qui devraient nous abrutir pendant une centaine de minutes. Pendant que notre cher Liam a toujours une tête de mec dépassé par les événements.

 

La norme, quoi !