• «L’entraide et la solidarité»
  • Jano Couacaud plonge dans le grand bleu
  • Foot en Afrique : Nos arbitres sur le front
  • AfriEDX, la start-up qui monte et gagne
  • VS Home : histoire d’amour et de maison
  • Moka’mwad : À la découverte d’un collectif citoyen
  • Sailendrasing Heeralaul meurt électrocuté lors d’une partie de pêche
  • Goûte à Tout : Une émission «siro disik»
  • Zwe nou lamizik veut «Kraze»
  • Jay Bhunjun Memorial Challenge Cup : AS Malherbes fait un malheur

Lumière sur Luminance Studio

Evans Ramasawmy et son équipe ont monté deux clips musicaux populaires en simultané.

Cette équipe a concocté les derniers clips de Jason Heerah et du groupe Les Inkonus, tous deux sortis durant la semaine écoulée. Incursion au sein d’une bande qui prend son envol.

Un homme, des idées et une équipe. Evans Ramasawmy, 32 ans, est plutôt du genre curieux. Cet amoureux des belles images s’est lancé dans une audacieuse aventure, avec son équipe de collaborateurs – Livio Latour, Ajay Gukool, Kenny et Jean Yves Chantoiseau : la création de Luminance Studio qui fait des vidéos et photos pour des mariages et autres événements. Et depuis peu, des clips musicaux. Après Zoli Fi, leur premier clip, Evans et sa bande nous proposent non pas un mais deux autres, sortis durant la semaine écoulée : ceux des chansons Andrea du groupe Les Inkonus et Kifer to pale danse de Jason Heerah. Un challenge pour l’équipe qui s’en sort bien, avec deux vidéos différentes et bien soignées.

 

«Beaucoup m’ont demandé dernièrement comment j’avais fait (rires). Les tournages des différents clips étaient espacés. Avec Les Inkonus, tout s’est fait plutôt rapidement. Pour le clip de Jason, c’était un peu plus complexe mais tout aussi passionnant. Il n’y a que le montage qui a été fait en simultané. Mais vu que j’avais déjà les plans et les musiques en tête, j’ai pu m’en sortir (rires)», souligne Evans Ramasawmy.

 

Le résultat : une histoire de femme sexy avec comme décor un bureau et un lieu plus artistique pour Les Inkonus. Et pour Jason Heerah et Otentik Groove, des lieux comme Bain-des-Dames et plusieurs autres pour un résultat plus ambitieux. Souriant, notre interlocuteur se dit «satisfait» des résultats obtenus. «Ce sont deux clips différents mais super à imaginer et à tourner, c’était ça aussi le challenge, faire deux choses différentes», dit-il.   

 

Il faut remonter un peu pour connaître les débuts d’Evans Ramasawmy. Quittant le collège London après le School Certificate, le jeune homme se découvre vite une passion pour l’image, les couleurs. Il se retrouve très vite dans des mariages. Les mariés lui font confiance et son œil particulier fait mouche puisqu’il est de plus en plus sollicité. En même temps, il rencontre des gens qui deviennent ses amis et collaborateurs. Et il n’arrête pas d’apprendre : des tutoriels de vidéo, des films consommés avec gourmandise (monsieur est autant fan de Stanley Kubrick que de Christopher Nolan). L’équipe se consolide et en 2016, naît Luminance Studio. Avec toujours la même passion. «On n’arrête pas d’apprendre et l’aventure des clips musicaux est une nouvelle voie où on peut faire de belles choses», dit-il.  

 

Evans et son équipe ont un avenir tout tracé. S’il bosse actuellement sur l’écriture de son premier court-métrage (une histoire sociale qui parlera de drogue, nous dit-il), le projet d’un autre clip musical est sur les rails, avec un artiste connu. Mais il n’a pas le temps d’en dire plus car le voilà qui s’en va avec toutes ses caméras et des idées plein la tête.