• Pascal Tsin : Mon business autrement
  • Anoushka Shankar : en attendant mercredi
  • Kyokushinkai – All Asia Championship : Zakariyya Ozeer offre le bronze à Maurice
  • Un «Beautiful Cocktail» signé Curty Laviolette
  • Lari Napa Enn Labri : pour un «waouf» de solidarité
  • Ils dénoncent un policier et sont arrêtés pour vol | Les frères Hazemoth : «Il s’agit d’une injustice»
  • Arnaud Poulay : «Les Agaléens sont tous révoltés»
  • Décès de Mathieu Leveque, 14 ans, en classe : Tristesse et révolte d’un père en quête de vérité
  • Agnès Cateaux : oh my look !
  • Batti Gul Meter Chalu : Laissons entrer la lumière

Les affamés : Jeunes «bien amerde»  

Des jeunes bien décidés à changer leur vie…

Ou kapav krwar ! En fait, Zoé, 21 ans, n’en peut plus. Elle en a juste marre que, dans son quotidien, tout le monde justifie ses actions en lui disant «ben ouais, t’es jeune». Trop, c’est trop ! En plus, elle doit étudier, travailler, les deux en même temps, pour un salaire injuste. Elle décide alors d’essayer de changer les choses.

 

On voit bien, dans Les Affamés, réalisé par Léa Frédeval (adapté de son propre livre), une sorte de comédie sociale un peu militante mais bien traversée par de jeunes interprètes plutôt débordants d’énergie. Du coup, avec pas mal d’humour, le récit bien ancré dans notre temps passe plutôt bien, même si ça reste assez propre et gentil. Plaisant donc…