• Keshava Appadoo, fauché mortellement à 27 ans | Tanuja : «C’est horrible de perdre un second fils tragiquement»
  • Salaire minimum : Les syndicats applaudissent le gouvernement
  • Lorianne Nadal : Une International Beauty Queen
  • #POURCEUXQUIRESTENT | Carenne Mikale-Legrand : Au nom de son frère Christian
  • Ajegee Vythilingum : «Ma belle histoire d’amitié avec Johnny Halliday»
  • Fukrey Returns : Quatre idiots face à une femme bandit
  • Le Musée des Merveilles : Destins croisés
  • Coco : le guitar hero morbide
  • Nouvelle force ou épiphénomène ?
  • COSAFA U-20 Challenge Cup : Jason Ferré désigné capitaine

La ligue super-héroïque est là !

Batman, Aquaman, Wonder-Woman, Flash, ils sont tous dedans !

L’un des films les plus attendus de cette fin d’année pointe enfin le bout de son nez : it’s Justice League time avec tous ses personnages phares de DC Comics. Si pour le moment le film n’est visible qu’au Star Premium du Caudan Waterfront, dès mercredi vous pourrez investir les autres salles du cinéma Star. En attendant, voici la mise en bouche si vous hésitez toujours.

J’y vais

 

Pour les anciens héros

 

On va être contents de les retrouver ! Il y a donc le Batman Ben Affleck, la belle Gal Gadot en Wonder-Woman et aussi Henry Cavill en Superman. Tout cela ravive quelques bons souvenirs d’anciens films mettant en scène tous ces supers personnages, ils étaient même à trois contre un (Doomsday) dans l’affrontement final titanesque de Batman vs Superman. Et on vous a dit que Gal Gadot était jolie ?  

 

Pour les nouveaux héros 

 

Trois nouveaux donc dans l’univers de DC Comics au cinéma : The Flash, Aquaman et Cyborg, respectivement interprétés par Ezra Miller, Jason Momoa et Ray Fisher. On attend donc les scènes avec un mec qui court vite, un autre du genre aqua-guerrier et… un robot. Et si en plus ils se bagarrent, ça promet.  

 

Pour le grand spectacle 

 

Ben oui, c’est quand même un film à gros budget ! Et il n’y a qu’à voir les bandes-annonces pour se rendre compte du grand spectacle que veut proposer ce rassemblement de super-héros, avec des super pouvoirs, des batailles épiques, un joli Jason Momoa et une belle Gal Gadot. Et on l’espère, des personnages bien développés qui ne tombent pas dans le ridicule. 

 

 

Je n’y vais pas  

 

La musique recycle tout 

 

Mais qu’est-ce qui lui a pris à Danny Elfman ? C’est lui qui s’est occupé de la musique de Justice League. Et s’il est un compositeur de talent qui a fait ses preuves dans les films comic book (les Batman de Tim Burton et les deux premiers Spider-Man de Sam Raimi) et même Men in Black, Edward aux mains d’argent, le thème des Simpson, il semblait peu inspiré sur Justice League, recyclant même son thème de Batman de Burton pour le mettre avec celui interprété par Ben Affleck et donnant un caractère grandiloquent (pour ne pas dire grand guignol) au thème punchy et martial de Wonder-Woman. Bref, on ne sait pas ce que ça va être avec les images, mais pour l’heure, la musique de Justice League ne convainc pas. 

 

Deux mecs pour un seul film 

 

Justice League est passé par un tumulte au niveau du metteur en scène aux commandes. Débutant avec Zack Snyder, qui semblait continuer sur le ton sombre et immensément stylisé de Batman vs Superman, le film a ensuite atterri dans les mains de Joss Whedon, le mec derrière les deux Avengers. Zack Snyder évoquera des raisons personnelles : le suicide récent de sa fille de 20 ans, pour se retirer. Ce qui fait qu’on aura soit un film un peu inégal dans son identité et son ton, venant de deux cinéastes aux styles différents, à moins que Whedon ait poursuivi avec classe le boulot de Snyder. 

 

Et la presse alors ? 

  • «Impressionnant», selon Closer
  • «On est loin du cafouillage annoncé» - Le Figaro 
  • «Le crossover hybride de Zack Snyder et Joss Whedon n’a pas grand-chose sous le capot» - Première
  • «…explosions, décors époustouflants et gadgets permettent aux aficionados d’y trouver leur compte» - Paris Match 
  • «Désordonné, avec plein de défauts, mais du bon divertissement quand même» - IGN
  • «…un absurde hara-kiri industriel et artistique» - Écran Large