• Première femme au poste de vice-Premier ministre : Regard féminin sur la nomination de Fazila Daureeawoo
  • Miss University Africa : Lorianne Nadal, une couronne au service de Maurice
  • Accident fatal : Les rêves brisés de Shika, 18 ans
  • Agnès Marie : 107 ans d’une belle vie célébrés
  • Hippisme 35e journée | Victory Team en l’absence d’Ernie
  • PMU Moris prend son envol
  • American Assassin : le jeune et le vieux flingueur
  • Lego Ninjago : le film | Lager papa-piti
  • La ligue super-héroïque est là !
  • Tumhari Sulu : pour un talk-show… chaud

La crise de «Panik» des Komikos

L’équipe du film a présenté la bande-annonce du long-métrage mercredi dernier.

Dès le 1er novembre, le grand public pourra voir le déjà fameux long-métrage de la troupe de Miselaine Duval, réalisé par le Français Nicolas Fay. Toute une aventure.

Des larmes. De l’émotion. Beaucoup. C’est le ressenti de Miselaine Duval qui a pu à nouveau porter son projet jusqu’au bout. Et pas n’importe lequel, puisqu’on parle ici de cinéma. Du vrai, de celui qui rassemble des gens dans une salle. Et du rassemblement, il y en aura le 1er novembre, date de sortie du film Panik, réalisation du Français Nicolas Fay, qui a mis en scène les Komiko. Bref, c’est le premier film de la troupe ! 

 

C’est avec les larmes aux yeux que Miselaine Duval a réuni toute sa bande au MCiné de Trianon (où sera projeté le film, ainsi qu’au MCiné de Flacq) pour dévoiler un peu plus sur le film, dont la bande-annonce. On a donc pu apercevoir quelques scènes intimes, des paysages connus et un ton que l’on devine très tragi-comique. 

 

Panik, dont le tournage s’est tenu du 8 mars au 14 avril, raconte l’histoire de Michel Tambour (Alexandre Martin). Monsieur Tambour a un problème : il aime deux femmes – son épouse (Miselaine Duval) et sa maîtresse (Cindy Pierre-Bouf). Le tout prend une tournure plus dramatique lorsque les deux femmes tombent enceintes de monsieur Tambour…

 

Pour Miselaine Duval, scénariste et actrice de Panik, c’est la réalisation d’un rêve : «Nous y avons cru pour le théâtre, et maintenant c’est un autre rêve qui se réalise. Je pense que jouer pour le grand écran est le rêve de tout comédien (…) On a donné tout ce qu’on avait dans les tripes, avec les moyens qu’on avait (NdlR : Panik a coûté Rs 5 millions – 140 000 euros –, soit le budget du catering pour un long-métrage en France) et avec nos partenaires, sponsors, le rebate scheme du Board of Investment de 30 %, on a foncé !»

 

Nicolas Fay, ancien monteur du réalisateur Luc Besson, ancien de la télévision frenchie et bon ami de Miselaine, souligne surtout l’authenticité du kreol morisien. «C’est frais, il ne fallait absolument pas doubler le film. Avec les sous-titres, tout fonctionne. Car il y a une vraie musicalité dans le kreol morisienqu’un Français peut comprendre sans problème. Et il n’y a que les Mauriciens qui peuvent jouer dans cette langue, à l’instar des Komiko, ce qui en fait une grande force. D’ailleurs, dans les projection tests en France, personne ne s’est plaint de ne pas comprendre ce qui se disait à l’écran.»

 

Justement, plusieurs projection tests ont porté leurs fruits en France. En plus d’un retour positif, Panik a été choisi pour ouvrir le festival du Film de Dorat en France, du 25 octobre au 2 novembre ! Le directeur de ce festival s’est fait très discret lors de la projection, pour ensuite faire part d’un vif intérêt pour le film local. L’aventure Panik semble loin d’être finie, en plus d’avoir été une sacrée expérience humaine pour toute l’équipe. Verdict le 1er novembre. En attendant, la bande-annonce inonde les réseaux sociaux…

 


 

La troupe s’installe à Bagatelle

 

Ça bouge. Lors de la conférence de presse pour lancer la campagne autour de Panik, Miselaine Duval a annoncé que la troupe s’installera, dès le 30 novembre, dans une salle à Bagatelle, baptisée le Komiko Comedy Artclub. C’est dans cette salle que sera notamment lancé le 8e Festival du Rire.