• Reconstruction mammaire : ce qu’il faut savoir…
  • Boxe – Championnats du Monde Jeunes : Hellène et Antalika défient l’élite mondiale
  • Le Marchand : un «one stop shop» signé Boris de Chazal
  • Rashid Edoo ou l’histoire d’un aveugle qui retrouve la vue
  • Saisie de cocaïne et de cannabis chez un jeune directeur à Flic-en-Flac : L’ADSU sur la piste de Patrice Rungasamy depuis une semaine
  • Yaadav Damree : «Les leçons particulières m’ont aidé à améliorer mes résultats»
  • NHDC de Palma : Maisie Latrompe, son histoire… d’eau
  • L’Ultra Trail Raidlight 2018 : Widley Pierre Jean, course éperdue pour un frère perdu
  • Partie de pêche fatale pour Kishore Kumar Abeeluck
  • Fête de l’Assomption : Ma recette de gâteau Marie

Insidious : la dernière clé | Frayeurs archi-vécues

Gens effrayés et fantômes effrayants au programme surnaturel…

Des fantômes s’invitent dans nos salles cette semaine pour la énième fois. Prévoyez des sursauts et une ambiance tendue surnaturelle avec ce quatrième film de la franchise.

2010. Cette année-là sort le premier film Insidious, réalisé par James Wan, jeune mec responsable du premier Saw et du futur Conjuring. Un premier film bien foutu, plutôt effrayant, quelque part entre Poltergeist et les films d’épouvante asiatiques. Après un deuxième volet qui propose une histoire spatio-temporelle et un troisième opus oubliable, la donne ne change pas avec le nouveau : fantômes, suspense, tension.

 

Dans Insidious : la dernière clé, on retrouve Elise Rainier, la médium que l’on a suivie tout au long des films. Dans ce nouveau volet, on apprendra plus sur son passé puisque le personnage (l’actrice Lin Shaye) devra revenir dans la maison où elle a vécu. À l’intérieur, un puissant être paranormal embête tout le monde de façon dangereuse.

 

Et c’est reparti pour la virée en train fantôme, avec des moments de sursaut, des fantômes qui bougent de façon saccadée, une musique souvent tonitruante qui abrutit, entre autres gimmicks. Le réalisateur Adam Robitel ne fait finalement que recycler, sans génie ni inspiration, les codes propres à Annabelle et Conjuring, n’apportant rien de neuf à l’ensemble. Reste quelques apparitions sympathiques (le fantôme à la main clé) et assez de surnaturel pour les fans endurcis des films du genre.