• Keshava Appadoo, fauché mortellement à 27 ans | Tanuja : «C’est horrible de perdre un second fils tragiquement»
  • Salaire minimum : Les syndicats applaudissent le gouvernement
  • Lorianne Nadal : Une International Beauty Queen
  • #POURCEUXQUIRESTENT | Carenne Mikale-Legrand : Au nom de son frère Christian
  • Ajegee Vythilingum : «Ma belle histoire d’amitié avec Johnny Halliday»
  • Fukrey Returns : Quatre idiots face à une femme bandit
  • Le Musée des Merveilles : Destins croisés
  • Coco : le guitar hero morbide
  • Nouvelle force ou épiphénomène ?
  • COSAFA U-20 Challenge Cup : Jason Ferré désigné capitaine

Gino Lapunaire : Disparition d’un grand de la ravanne

Un visage connu. Et aussi très apprécié. Hélas, Gino Lapunaire, connu pour son travail de batteur et de ravannier au sein de plusieurs formations locales (Zot Sa, Cassiya, entre autres), est décédé le 10 octobre des suites d’une maladie  qui le rongeait. Gino Lapunaire a joué de la ravanne sur quasiment tous les albums où on pouvait en entendre et a fait partie de plusieurs délégations d’artistes qui se sont rendus à l’étranger pour faire vibrer notre musique.

 

Sur les réseaux sociaux, ils sont plusieurs, artistes, proches, amis, à faire ressortir son grand talent d’artiste, à l’instar d’Alain Ramanisum qui le décrit comme «l’irremplaçable roi de la ravanne» ou Chrisjo Clair qui parle «d’une grande personne, une grande perte pour la musique locale…»