• Baz’Art Kreasion : Sur le chemin de l’autonomie
  • Agression mortelle de Farook Chaumun : Les enquêteurs n’écartent aucune thèse
  • Rallye Automobile : Les bolides à l’assaut de Curepipe
  • Avi : «J’ai peur pour mon bébé»
  • Adi Teelock : «Dans 30 ans, nous allons perdre environ 15 % des plages»
  • Comment garder la forme en été
  • Judo News : La bande à Baptiste Leroy au Sénégal
  • Wendi Madré ou les doigts de fée d’une créatrice
  • Shad, un an et demi, hospitalisé suite à une chute dans les escaliers | Ses parents : «Nous voulons des réponses…»
  • Anishta Seesurrun : au nom de ma sœur Kerina

Escobar : Pablo, l’amoureux

Entre la journaliste et le trafiquant, les choses vont prendre une tournure intense…

Les années 80. Pablo Escobar règne en maître sur le cartel de Medellin. Près de 30 milliards de dollars pèsent sur lui. La célèbre journaliste Virginia Vallejo va s’approcher de lui et d’un monde sans pitié où les choses vont vite s’envenimer pour elle. Cette histoire, c’est celle d’Escobar (Loving Pablo en VO), réalisation de Fernando León de Aranoa (connu pour la comédie dramatique Les lundis au Soleil).

 

Bien sûr, parler du passionnant Pablo Escobar et de son empire à travers le cinéma et la série équivaut à une comparaison inévitable avec la série Narcos, considérée par beaucoup comme le summum traitant du sujet. À tel point qu’elle a presque éclipsé le film Paradise Lost qui voyait un impérial mais trop furtif Benicio Del Toro dans la peau d’Escobar. Ce qui ne veut pas forcément dire que le sort sera le même pour Escobar.

 

Car dans ce film, le grand Javier Bardem est Pablo Escobar et la journaliste prise dans ses filets n’est autre que Penelope Cruz. Rien qu’avec ce duo d’acteurs au service d’une histoire incroyable mais pourtant vraie, Escobar marque des points. Certes, il est peut-être affaibli par Narcos (qui se penche pas mal sur l’histoire d’Escobar dans ses premières saisons) mais cela ne veut pas dire qu’on n’est pas parti pour un ride sombre porté par un duo d’acteurs en pleine forme (il s’agit de la sixième collaboration pour le couple Bardem-Cruz).