• Anjanita Mahadoo : Son rêve américain
  • Wilfried N’Sondé : littérature, esclavage et jeunesse
  • Trail – Gaël Aliphon : Un Mauricien sur le Mont Blanc
  • Shyama Goohee, accro au crochet
  • Polémique autour de la jetée de Trou-d’Eau-Douce
  • Un ado déguisé en collégienne dans un collège de filles : Le recteur de la Bambous SSS consigne une «precautionary measure»
  • Future Hope : L’éducation pour briser les codes
  • Yatin Varma : «Je suis pour un débat dépassionné sur la décriminalisation de l’homosexualité à Maurice»
  • Lutte contre l’acné : Quand l’alimentation entre en jeu
  • Hippisme 24e journée | Split The Breeze renverse les favoris

Deadpool 2 : Le super-héros fou, fou, fou !

Il est rouge et noir, il a plein de potes et il est rigolo et violent.

Encore un film Marvel. Sauf que là, il est question du deuxième long-métrage mettant en scène le plus déjanté de la bande. De quoi se marrer un bon coup.

On a beau faire des jokes sur ce super-héros et les poulets, il faut l’avouer : niveau popularité, Deadpool marque des points. Surtout avec un premier film qui a été un succès et qui, malgré des défauts, cible le personnage dans le mille (grâce à la belle performance de l’acteur Ryan Reynolds). Ce deuxième volet dédié au personnage de l’écurie Marvel vient tout en force, après un précédent opus qui a posé de bonnes bases.

 

Dans ce film réalisé par David Leitch (Atomic Blonde, John Wick), notre super-héros au visage brûlé et vêtu de rouge, devra faire face à Cable, une sorte de mercenaire venant du futur et qui adore manier les gros flingues, interprété ici par Josh Brolin. L’acteur retrouve donc l’univers Marvel après avoir été un mémorable Thanos dans Infinity War. Pour contrer cette menace et essayer tant bien que mal de sauver les meubles, Deadpool va aller fonder une équipe de mutants, baptisée la X-Force. Sauf qu’avec notre bonhomme à la tête, ça risque d’être plus rigolo que prévu.

 

Si vous ne le savez toujours pas, Deadpool, c’est le mec de tous les excès, à la fois très violent et capable de parodier toutes les photos et univers possibles. Et dans Deadpool 2, le ton est là : des gags grossiers, des références à la pop culture, des chansons romantiques en décalage (l’Ashes de Céline Dion en tête de liste) et des acteurs qui ont l’air de s’amuser. Sans mettre de côté l’action généreuse avec moult combats et effets spéciaux.

 

Ce film s’inscrit donc dans la continuité, avec plus d’ambition, toujours autant d’action et de super pouvoirs, un esprit trash et déjanté qui plaira, ou pas, dépendant de votre sensibilité face au côté bien «pipi caca» de l’ensemble.