• Quand le «Startup Weekend» fait des gagnants 
  • La vie de fashionisto de Miguel
  • Désiré François lance sa «Matante»
  • Scalpel Victor, rappeur sentimental
  • Mo sir
  • Le journal d’une vieille folle : intense «fam fouka»
  • Tour de Maurice 2018 : Gustav Basson abat la concurrence
  • Culturisme - Rodrigues : Le sacre de Gontrand Emilien Agathe
  • «Non» aux accords de pêche : au nom des baleines, des dauphins, des thons
  • Harry Mootoosamy : L’as des portraits

Dawn’s Early Light : Le cœur et l’âme de la culture américaine partagés avec les Mauriciens

«Nous définirions notre musique comme de la musique noire américaine, qui est au cœur de ce qu’est la musique américaine», expliquent le membres du groupe.

Ils sont solaires et ont beaucoup de talent. Le temps d’une visite chez nous, les membres du groupe Dawn’s Early Light, en provenance des États-Unis, ont été à la rencontre des Mauriciens dans la joie, la bonne humeur et en musique…

Embarquement immédiat pour un voyage aux USA. Car avec Dawn’s Early Light, ça chante, ça danse et ça invite au rêve. Le groupe, créé par les artistes américains Asha Thomas et Crystal Petit, fait la part belle à une rétrospective d’american songs and dance et offre un regard authentique sur le cœur et l’âme de la culture américaine, associant des musiques de divers genres qui ont eu un impact majeur sur le monde entier. Alliant du blues, du Cotton Club Era Jazz, du Broadway, du Motown, du gospel et de la musique contemporaine des années 20, la musique de Dawn’s Early Light emmène le public dans un merveilleux voyage.

 

Dans l’île, sur une initiative de l’ambassade américaine, les artistes ont pu démontrer l’étendue de leur talent et partager leur savoir-faire et, surtout, leur magie. «Mes collègues artistes et moi sommes très heureux d’être ici. Pour trois d’entre nous, c’est la première fois à Maurice et l’un de nous a joué ici il y a environ quatre ans. Nous aimons tous beaucoup jouer et sommes impatients de partager ce que nous faisons avec le public», nous confie Asha Thomas. Au programme : beaucoup d’échanges. «Nous définirions notre musique comme de la musique noire américaine, qui est au cœur de ce qu’est la musique américaine. Sur scène, nous jouons de la musique R’n’B, pop, rock, jazz et gospel. Notre musique couvre également différentes périodes de temps, que ce soit de l’ère Motown ou plus contemporaine. Nous aimons faire des chansons qui résistent à l’épreuve du temps. Nous sommes heureux d’avoir avec nous le batteur mauricien Christophe Bertin et de recevoir sur scène l’Atelier Mo’Zar et la chanteuse Linzy Bacbotte-Raya, le temps de notre séjour.»

 

Parmi les objectifs du groupe :  l’empowerment des femmes et des jeunes filles : «C’est important pour nous car lorsque les femmes et les filles ont le pouvoir, tout le monde gagne. La société gagne. Chacun d’entre nous est unique et a quelque chose à offrir à ce monde. Se concentrer sur les femmes et les filles pour les aider à trouver leur force, à reconnaître leur valeur et à prendre leur vie en main, signifierait une nation plus forte où les femmes auraient plus à offrir socialement, économiquement, politiquement et artistiquement ! Maurice a besoin d’elles et le monde a besoin d’elles. Qui sait l’impact positif qu’une femme inspirée pourrait avoir sur ce monde ?» poursuit Asha Thomas.

 

Elle explique aussi l’enjeu des ateliers animés avec des enfants et des femmes qui sont dans les shelters, avec comme thème, Finding your voice and power : Expressing yourself through music, dance and text. «Nous avons été incroyablement chanceux de visiter plusieurs centres d’accueil et d’avoir un aperçu des programmes destinés aux enfants. Ceci est extrêmement gratifiant pour nous car nous sommes entrés en contact avec les Mauriciens, ceux qui sont dans des situations difficiles, et nous avons vu leur résilience. Même s’ils ont des problèmes, ils ont dansé, chanté et ont souri avec nous. Ils sont incroyablement généreux et reconnaissants... et nous sommes tout aussi reconnaissants.»

 

Le groupe a eu l’occasion d’être sur scène au Mahatma Gandhi Institute, le samedi 1er septembre – c’est ce qui était prévu à l’heure où nous mettions sous presse –, pour partager un peu de la culture musicale américaine.