• De nouvelles têtes à la conquête de «B-Town»
  • Et on patiente pour «Black Panther» !
  • Wolf Warrior 2 : Gros «boom boom» en terre africaine
  • Il était une fois…  «50 nuances plus claires»
  • Comme des moules à leur rocher
  • National Division One : L’AS Vacoas/Phoenix en force
  • Championnats nationaux : Port-Louis flambe
  • Coupe de la CAF 2018 : L’ASPL 2000 fait durer le plaisir
  • Jeux de la CJSOI : Le Baby Club M U17 s’active
  • Republic Cup 2018 : Deux matchs pour le coup d’envoi

Bollywood : un spectacle universitaire pour convaincre

They have a dream. Celui de faire carrière dans le cinéma indien. Un rêve qui fait se bouger de nombreux étudiants de l’Université de Maurice actuellement. Ils vous donnent rendez-vous le 17 novembre, à l’auditorium Octave Wiéhé, de 11 heures à 16h30, pour un Bollywood Show. Au programme, un fashion show et des numéros de danse concoctés par des étudiants de l’université… pour les étudiants de l’université. La Mauritius Film Development Corporation (MFDC) sera aussi présente et en profitera pour faire du repérage du côté de ces artistes en herbe. 

 

L’équipe derrière le Bollywood Show travaille d’arrache-pied depuis des semaines. Yachna Sowkhee et Ravish Sawaruth, étudiants en Droit et en Finances respectivement et têtes pensantes du projet nous en disent plus. «Comme beaucoup, j’ai envie de percer dans le milieu bollywoodien un jour. Et à Maurice, les choses bougent de plus en plus au niveau du cinéma, notamment avec le Film Rebate Scheme et des tournages. On cherchait un concept pour que les étudiants de l’Université puissent en bénéficier, d’où notre envie d’inviter la MFDC pour l’occasion», dit Yachna Sowkhee, qui a déjà fait de la figuration sur plusieurs tournages. 

 

Son ami Ravish est, lui, convaincu du potentiel des Mauriciens : «Je suis sûr que nous pouvons assurer dans des lead roles, entre autres. À travers cet événement, nous voulons démontrer que nous pouvons assurer au niveau artistique. Nous voulons aussi que ce soit un tremplin pour que l’Université de Maurice puisse prendre conscience qu’il y a aussi quelque chose d’artistique à puiser des jeunes mauriciens.»