• Triste fin pour Ruwaidah, mariée et enceinte à 13 ans
  • Mesure budgétaire : Passeport et nationalité «en vente» : pourquoi ça fait peur…
  • Angleterre vs Panama (16h aujourd’hui) : Southgate en route vers le glorieux passé
  • [A L'AFFICHE] MILF : Femmes mûres au bord de la crise de séduction
  • [A L'AFFICHE] Action ou vérité : Le jeu ou la mort
  • [A L'AFFICHE] Jurassic World : Fallen Kingdom | Des raisons de se laisser croquer
  • Sanju : Sanjay Dutt à coeur ouvert
  • Hippisme 13e journée | The Great One émerge
  • [EDITO] Éduquons nos enfants, protégeons nos petites filles !
  • Dans la cuisine de Hourushaa Dowlut

Société | Eid-ul-Fitr : Réjouissances et partage

Nazma Mungroo et sa cousine Shenaaz n’ont qu’une hâte : se réunir en famille pour les festivités.

Séances de prière, repas, échanges de cadeaux, habits neufs… Cette année encore, la ferveur sera au rendez-vous au sein des familles mauriciennes à l’occasion de la fête Eid. Mais avant les célébrations, l’heure est aux préparatifs…

Il marque le renouveau, la purification, la rédemption… Depuis le 17 mai, les Mauriciens de foi musulmane observent le jeûne du ramadan. Un mois sacré qui prendra fin le 15 ou 16 juin (dépendant de la visibilité de la lune), avec la fête Eid-ul-Fitr. La joie, le partage et les réjouissances seront au rendez-vous ce jour-là. «Ce mois de jeûne et de sacrifices nous change et renforce notre foi. Et c’est avec une grande joie que nous accueillons l’Eid-Ul-Fitr. C’est pour nous un nouveau départ et ce sera l’occasion de célébrer avec toute la famille», confie Faranaz Couronne, une habitante de Batimarais.

 

Qui dit réjouissances dit aussi préparatifs. Et ce ne sont pas ses belles-sœurs Amiirah Ramjaun et Nasreen Couronne qui diront le contraire. «L’Eid-ul-Fitr se prépare avec deux ou trois semaines d’avance, on fait du shopping pour s’acheter de nouveaux habits, des rideaux et des tapis, entre autres. Et dès l’apparition de la nouvelle lune et l’annonce de la rupture du jeûne, c’est l’effervescence dans la maison», explique Amiirah.

 

Mais avant l’effervescence, il faut nettoyer la maison, changer les rideaux, appliquer le mehendi (henné), repasser les jilbabs, jubahs et kurtas qui sont les vêtements traditionnels portés pour le namaz eid (prière spéciale). «Nous allons nous réveiller aux petites heures du matin comme pendant le ramadan, et nous préparer pour nous rendre au masjid afin d’assister au namaz. Une fois la prière terminée, nous allons saluer nos confrères et consœurs. De retour à la maison, il est de coutume de se rendre chez l’aîné de la famille pour partager le petit déjeuner», détaille Faranaz Couronne. «Nous irons donc chez ma mère où nous dégusterons le traditionnel vermicelle, accompagné d’une bonne tasse de thé et de quelques gâteaux comme les samoussas, le half-moon, les brochettes, etc., avant de commencer à préparer le déjeuner familial.»

 

Idem pour sa belle-sœur Amiirah qui souligne que les préparatifs se feront dans la joie : «Nous aiderons ma belle-mère à préparer l’incontournable briyani, généralement avec de la viande. Elle cuisinera pour environ une cinquantaine de personnes, voire plus, ce jour-là. En sus du briyani, nous préparerons une bonne mousse aux fruits et du ras malaï pour le dessert, et de l’alouda.» Pour clôturer ce moment, ils échangeront des cadeaux et, par la suite, chacun ira rendre visite aux autres membres de la famille, vêtus de ses habits de fête, poursuit Amiirah. «Cette journée sera vraiment marquée par le partage, l’amour et la joie.» Et les plus petits aussi sont impatients de se mettre en mode festif.

 

Chez Nazma Mungroo et sa cousine Shenaaz Cadinouche, cette semaine sera aussi placée sous le signe des préparatifs avant le jour J. «Nous établissons, en amont, le menu qui sera servi après la première prière. Par la suite, toute ma famille se réunira chez moi pour le dîner et comme nous serons nombreux, j’ai pris contact avec un bandari (celui qui prépare le briyani) et chacun apportera quelque chose pour le dessert», explique Nazma Mungroo.

 

Sa cousine Shenaaz gère un magasin à la rue Pagoda, à Plaine-Verte. Et c’est déjà l’animation dans les rues, dit-elle. «Le mois du ramadan demande beaucoup de sacrifices. Nous sommes donc impatients de nous retrouver en famille, de visiter les proches, d’échanger des cadeaux avec tout un chacun et de partager son expérience du mois de ramadan. C’est une journée où la joie qui nous habite est extraordinaire, indescriptible», confie-t-elle.

 

Aux quatre coins de l’île donc, l’Eid-ul-Fitr sera l’occasion de se réunir dans la joie et la bonne humeur, après un mois de renouveau, de purification et de rédemption…