• Jean-Philippe Lebon : Moi, Mauricien et militaire dans la Légion étrangère
  • Shotokan : le JKAM passe à la vitesse supérieure
  • Après un jour d’hospitalisation : Un jeune tatoueur succombe à ses blessures
  • Ujwantee Fekna tuée dans une collision à Piton : Ses enfants réclame la vérité sur les circonstances du drame
  • NRJ Maurice : une arrivée dans la polémique
  • Stéphane Huët : «Le label “I love” témoigne du soutien d’une entreprise aux droits humains»
  • Jean-Pierre, 55 ans, meurt après une agression | Michel Appavou : «Mon fils a connu une fin atroce»
  • Vol audacieux de bijoux | Le policier Agathe : «Comment j’ai arrêté Bimla Ramloll»
  • Fans Voice | Jessy la Madrilène vs Nadiim le Red : deux Mauriciens chez les finalistes
  • Ligue des Champions : Quand le Gegenpress de Klopp conduit à la finale

Salaire minimum : les grandes interrogations

Un atelier de travail tripartite se tiendra bientôt pour examiner les recommandations émanant de l’étude sur l’introduction  d’un salaire minimum dans le secteur privé. Vincent d’Arifat, de la Mauritius Employers’ Federation (MEF), et Jane Ragoo,  secrétaire de la Confédération des travailleurs du secteur privé (CTSP), s’expriment sur le sujet.  

Que pensez-vous d’une éventuelle instauration d’un salaire minimum dans le secteur privé?

 

Vincent d’Arifat : Les syndicalistes sont libres dans leurs actions. Je dois toutefois  préciser que si un salaire minimum doit être instauré, il faudra prendre en considération tous les paramètres de notre économie. C’est fondamental de considérer ce fait.

 

Jane Ragoo : Plus de 100 000 personnes à Maurice, dont 85% de femmes, touchent un salaire de moins de Rs 6 000, d’où notre mobilisation. Nous connaissons la situation des personnes qui font un travail précaire avec un salaire très bas. Nous nous battons pour plus de justice sociale.

 

Selon le Conseil des ministres, un atelier de travail tripartite se réunira prochainement pour examiner les recommandations contenues dans une ébauche de rapport rédigée dans le cadre de l’étude sur l’introduction d’un salaire minimum dans le secteur privé. Votre avis ?

 

Vincent d’Arifat : Nous avons déjà un système très complexe où un salaire minimum existe. Comme nous sommes tous ici en faveur de la création d’emplois, d’un environ-nement de travail propice et d’un salaire décent pour tous, je ne peux qu’être pour cet atelier de travail. On va voir dans quelle mesure on peut avancer. 

 

Jane Ragoo : Nous n’avons cessé de tirer la sonnette d’alarme sur ce sujet et il est temps qu’il y ait des actions. Nous invitons tous les travailleurs à se mobiliser pour une marche le samedi 4 octobre dans les rues de Rose-Hill. Ce rassemblement va coïncider avec la Journée mondiale du travail décent, le 7 octobre. Il y a eu trop d’abus.

 

Comment arriver à un consensus sur le sujet ?

 

Vincent d’Arifat : Le salaire n’est qu’une partie d’un tout. Les lois du travail méritent aussi toute notre attention.

 

Jane Ragoo : Nous avons envoyé des lettres aux parlementaires. Et il est temps que les choses bougent. En tout cas, il faut que cet atelier se réunisse avant les élections pour trouver un compromis.  Les travailleurs ne cessent de venir nous voir pour nous parler de leurs difficultés. Trop de familles vivent avec un salaire de misère.