• Pascal Tsin : Mon business autrement
  • Anoushka Shankar : en attendant mercredi
  • Kyokushinkai – All Asia Championship : Zakariyya Ozeer offre le bronze à Maurice
  • Un «Beautiful Cocktail» signé Curty Laviolette
  • Lari Napa Enn Labri : pour un «waouf» de solidarité
  • Ils dénoncent un policier et sont arrêtés pour vol | Les frères Hazemoth : «Il s’agit d’une injustice»
  • Arnaud Poulay : «Les Agaléens sont tous révoltés»
  • Décès de Mathieu Leveque, 14 ans, en classe : Tristesse et révolte d’un père en quête de vérité
  • Agnès Cateaux : oh my look !
  • Batti Gul Meter Chalu : Laissons entrer la lumière

Rakhi : la complicité et l’amour fraternel célébrés

Madvi Kulponauth vend des bracelets les uns plus originaux que les autres.

Bhaiya mere raakhee ke bandhan ko nibhana (Ô mon frère, protège ce lien qui nous unit)... La relation entre frères et sœurs est à l’honneur avec la célébration du Raksha Bandhan. Le rakhi, fêté dans de nombreuses familles, célèbre l’amour fraternel et la complicité qui existent entre deux êtres...

Un hymne à la fraternité. Une célébration des liens qui existent entre un frère et une sœur. Il est question de complicité, d’écoute, d’une présence, d’affection et surtout d’amour. Dans certains cas, on parle aussi de relation fusionnelle où, en toutes circonstances, l’un peut s’appuyer sur l’autre. La fraternité, c’est aussi des fous rires, des expériences vécues, des confidences, des secrets partagés, des aventures… des souvenirs. Autant de raisons qui font qu’ils seront nombreux aujourd’hui, dimanche 26 août, à célébrer l’événement. 

 

La fête annuelle du Raksha Bandhan, aussi connue comme Rakhi, est célébrée aujourd’hui dans les familles hindoues de l’île et honore la force du lien affectif qui unit frères et sœurs. Le rituel trouve son origine dans la mythologie hindoue. Le dieu Krishna avait assuré à sa sœur Draupadi qu’il suffisait qu’elle pense à lui pour qu’il la protège. Depuis, la tradition se perpétue dans l’île, de génération en génération. En ce jour de réjouissances, et selon la tradition, la sœur attache le rakhi au poignet droit de son frère. Ce bracelet, qui a une valeur spirituelle, est un symbole d’amour et de protection. Et ce n’est pas Prabah Seeburen et son frère Joahala Persand Bismohun qui diront le contraire. À eux deux, ils ont tout vécu, ont traversé les bons et mauvais moments ensemble, vu chacun se construire et continuent à entrenir et à affirmer cette bonne entente qui les a toujours soudés.

 

«C’est quelque chose de très fort qui existe entre un frère et une sœur», lâche Joahala Persand Bismohun, sous le regard admiratif de sa sœur Prabah. Ils ont beaucoup de choses en commun. D’ailleurs, ils travaillent ensemble. «Voilà 28 ans qu’existe la boutique familiale Régina à Vacoas», confie Prabah, entourée des bracelets très précieux qui, depuis quelques jours, s’affichent dans son magasin et qui se vendent comme des petits pains. «C’est bien plus qu’une tradition. C’est un rendez-vous important dans l’année car célébrer les liens qui existent entre frères et sœurs est sacré. Cela souligne la bonne entente dans une famille», ajoute Prabah qui, au fil des années, a vu les choses évoluer : «Avant, il y avait des rakhis faits avec de l’éponge. Aujourd’hui, il en existe de toutes les couleurs et de très différents, les uns plus originaux que les autres et les prix varient.»

 

Bien évidemment, sa famille ne dérogera pas à la tradition et accomplira aujourd’hui le rituel transmis de génération en génération. Au programme : rencontre familiale, prière, cérémonie pour nouer les bracelets avec tous les rites incluant le riz, les fleurs et les gâteaux sucrés à partager et les échanges de cadeaux. «Aujourd’hui, les choses ont évolué. Par exemple, avant, il n’y avait que le frère qui donnait un cadeau à sa sœur après que cette dernière a attaché le rakhi au poignet du frère. Maintenant, il est de tradition que le frère aussi reçoive un cadeau.»

 

«On est tous joyeux»

 

D’une famille à une autre, c’est avec la même ferveur qu’on évoque le Raksha Bandhan. «Pour moi, c’est une fête très importante. Le rakhi, ce n’est pas seulement un jour seulement où on se rassemble avant de rentrer chez soi. ça va plus loin que ça. D’ailleurs, certains bracelets sont faits avec le rudraksha qui est très symbolique. Les frères peuvent ainsi porter le rakhi plus longtemps, voire durant toute l’année», nous explique, pour sa part, Sangeeta Gaya qui ne manquera pas d’honorer ce dimanche ses deux frères. Pour elle, la fête d’aujourd’hui est très populaire : «Ce jour-là, on est tous joyeux.»

 

Chez les Kulponauth, tout a été fait pour que cette journée se passe dans la bonne humeur. Les gâteaux –  barfi, laddoo, gulab jamun, mohantal, jalebi, rasgoula, entre autres sucreries – sont prêts. Et pour le rakhi, Madvi, qui a trois frères, a l’embarras du choix. Dans sa boutique, le fameux bracelet se décline à l’infini : «Nous proposons un vaste choix, du plus simple au plus travaillé, avec des pierres par exemple. Pour les enfants, nous avons des bracelets à thème avec Ben 10 ou encore  Winnie l’ourson, entre autres. Ça va de Rs 10 à monter. On vend même des rakhis à Rs 100.» Depuis le temps qu’elle est commerçante, Madvi raconte avoir vu les choses se moderniser : «On a aussi des cartes avec les bracelets en vente pour ceux qui ont des frères à l’étranger et des kits plateaux pour le rituel sont proposés.»

 

Si les frères et sœurs seront aujourd’hui à l’honneur, la fête souligne Madvi, va aussi au-delà des liens directs entre frères et sœurs : «Une fille peut aussi nouer le bracelet au poignet d’un cousin, par exemple, mais il faut que ce soit vraiment pour une personne qu’elle considère comme son frère et qui est présente dans sa vie…» Ce sera aujourd’hui un dimanche célébré sous le signe de l’amour… Car, qu’ils soient frères et sœurs, cousins ou bons amis, le rakhi, fêté dans de nombreuses familles, célèbre les liens fraternels et la complicité qui existent entre deux êtres unis par le sang ou l’amitié…