• Kaviraj Pather : «Les jeunes ont un rôle-clé à jouer dans le nouveau souffle que requiert notre pays»
  • Entraîneur d’athlétisme au Canada : La «sucess story» de Thiadeeren Ponambalum
  • Elle restitue 79 boulettes d’héroïne : les complices de la passeuse Sud-Africaine recherchés
  • Une adolescente perd son combat contre la leucémie : Le cri de douleur et de révolte des proches de Shristi, 15 ans
  • Hippisme 29e journée | Horse Guards démarre en trombe !
  • Astrid Nelsia : Un visage de la télé-réalité française sous le soleil mauricien
  • Rentrée parlementaire : l’opposition face à ses enjeux
  • Johnny Clegg : «Ma motivation est celle du partage»
  • Des dates démocratiques !
  • Un «Venom» galimatias

Partielle au no 18  | Tania Diolle du MP : «Je n’ai aucune rivalité avec le MMM»

Sa candidature sous la bannière du MP à l’élection partielle de Belle-Rose/Quatre-Bornes la placerait comme l’adversaire directe de la candidate mauve Nita Jaddoo. On parle même du duel Diolle vs Jaddoo comme le match dans un match. Et depuis que son nom a été annoncé, la candidature de Tania Diolle, qui avait été élue sous la bannière de l’alliance MMM-MSM aux municipales de décembre 2012, fait grincer des dents dans le camp des mauves. 

 

La principale concernée, de son côté, voit les choses différemment : «Je pense être l’adversaire directe de tous les candidats. Je n’ai aucune rivalité avec le MMM ou Nita Jaddoo. Je suis dans la course pour gagner.» Si les Mauves disent que les votes qu’elle recevra viendront de l’électorat MMM, vu son passé avec le parti, et que cela représente des votes en moins pour le MMM, Tania Diolle ne l’entend pas de cette oreille : «L’électorat n’appartient à personne. Le libre arbitre de l’électorat est un droit démocratique. C’est une compétition libre qui doit se dérouler dans le fair-play.»

 

Parlant de son nouveau parti, elle n’a que des mots doux : «C’est un parti qui a pris des positions fort louables pendant les deux dernières années. Il a aussi une posture de fair-play vis-à-vis des autres partis politiques dans le paysage démocratique à Maurice. J’apprécie cette façon de faire.» D’attaque, la jeune candidate ne compte pas, dit-elle, chômer : «Il y a beaucoup de travail mais je suis très enthousiaste. Je vais faire quelque chose que j’aime. Je suis une habitante de la région et je participe déjà à la vie collective et associative. Tout ce qui touche cette région me touche personnellement. Les habitants de cette région sont mes amis, voisins et connaissances que je croisse tous les jours.»