• Baz’Art Kreasion : Sur le chemin de l’autonomie
  • Agression mortelle de Farook Chaumun : Les enquêteurs n’écartent aucune thèse
  • Rallye Automobile : Les bolides à l’assaut de Curepipe
  • Avi : «J’ai peur pour mon bébé»
  • Adi Teelock : «Dans 30 ans, nous allons perdre environ 15 % des plages»
  • Comment garder la forme en été
  • Judo News : La bande à Baptiste Leroy au Sénégal
  • Wendi Madré ou les doigts de fée d’une créatrice
  • Shad, un an et demi, hospitalisé suite à une chute dans les escaliers | Ses parents : «Nous voulons des réponses…»
  • Anishta Seesurrun : au nom de ma sœur Kerina

MMM : petits incendies entre amis

Paul Bérenger aurait tenté d’apaiser les choses entre Ajay Guness et Reza Uteem.

Des désirs, des tensions, des frustrations… Bienvenue dans le monde ultra-coloré des Mauves. Même si Paul Bérenger affirme que tout va bien.

Panik lor baz. Dife dan lanka. Comment Paul Bérenger va-t-il se sortir de l’actuelle situation ? C’est la question que se posent de nombreux militants, ceux qui évoluent dans les régionales, dans les branches, loin de tous les calculs au sommet. Après les résultats d’un vote pour la composition du bureau politique, qu’il a qualifiés de «surprenants», le leader du MMM a découvert l’ampleur des fissures dans son parti. Lui qui assurait que ces élections allaient donner un «nouveau départ au MMM», avec l’expulsion de Pradeep Jeeha et la «mise à l’écart» volontaire – ou pas – de Steven Obeegadoo et de sa bande. Il assurait alors que ceux qui minaient le parti n’en faisaient plus… partie. Il parlait de nouveau souffle, de belle énergie. Il a dû se tromper, estiment certains de nos interlocuteurs, élus au sein du nouveau comité central le 24 juin.

 

Mais tous ne sont pas de cet avis. «Il n’y a plus rien à écrire sur le MMM. Laissez la nouvelle équipe faire sa route. Ce genre de choses, ça arrive», lance un habitué du CC. Le samedi 7 juillet, les membres de cette instance du MMM se sont réunis afin de ratifier les choix du BP concernant le partage des responsabilités pour la nouvelle équipe dirigeante (voir hors-texte). Le ton de Paul Bérenger se voulait être celui d’un retour à la normale : il a parlé des prochaines législatives, d’une reprise des activités habituelles dès lundi après des «journées bien difficiles». D’ailleurs, les thématiques récurrentes des points de presse ont été abordées. Il y a été question de tirer sur le gouvernement «soi-disant» Lepep «kinn pouri konpletman».

 

Néanmoins, le pompier Bérenger n’aurait pas éteint tous les feux qui couvent au sein du MMM. D’abord, rien n’est moins enterré que le froid entre Reza Uteem et Ajay Gunness. D’ailleurs, aucun des deux n’a obtenu le «poste suprême» après celui de leader. «Être secrétaire général, ça, c’est une consécration. On est au centre de tout», confie un membre du CC.

 

Néanmoins, la «claque» la plus violente aurait été dirigée vers l’ancien secrétaire général (SG) dont les koz-koze laissent entendre qu’il est à l’origine du vote surprenant des membres du BP – il y aurait placé so bann dimounn à l’issue d’une campagne que certains qualifient de «communale». «Leader-adjoint, ce n’est rien, ça ne sert à rien. Le poste de président (Ndlr : celui qu’occupera Reza Uteem) est honorifique, certes, mais il véhicule des valeurs, au moins. Il y a un panache, un prestige. La balance a penché d’un côté…»

 

Nouveau dauphin

 

Mais pas avec ostentation. «Paul Bérenger est obligé de ne heurter personne. Il le sait. Il doit tenter de rétablir la balance. C’est pour ça qu’il n’a pas coopté Madan Dulloo, pourtant son nouveau dauphin, sa nouvelle clé vers la victoire aux législatives», confie un autre membre du MMM. Le leader est sur un fil mince, en équilibre : «Si les actions d’Ajay Gunness ont été motivées par le refus que Madan Dulloo grimpe dans la hiérarchie, son message a été entendu par de nombreux militants et Paul Bérenger ne peut pas ne pas prendre cette donnée en considération.» Si lors de cette réunion du CC, le leader du MMM a annoncé que d’autres cooptations (seule celle de Sheila Bunwaree a été proposée et acceptée pour l’instant) devraient avoir lieu, il se donnerait du temps avant de se décider sur le cas Dulloo. Le principal concerné n’était pas présent à la réunion du CC, hier. Si Paul Bérenger a assuré qu’il ne fallait tirer aucune conclusion sur les absences à la réunion, les membres du comité du parti ne sont pas forcément de cet avis. «Il tente de faire pression», confie un new one de l’équipe dirigeante.

 

Concernant cette équipe tant convoitée, d’autres désirent s’y voir admettre. Les candidats déçus de l’élection du BP, les «candidats qui ont été humiliés suite à des campagnes sales», indique une source. Les proches de Paul Bérenger qui, estiment certains militants, auraient dû se trouver au sein de l’instance dirigeante du MMM au vu des bons résultants lors du vote par l’Assemblée des délégués. Plusieurs noms circulent dans les conversations actuellement : celui de Madan Dulloo, bien évidemment. Ceux de Dany Perrier, Karen Foo Kune, Nita Dulloo et Fawzi Allymun, également.

 

Certains qui y sont n’ont, eux, pas forcément apprécié leurs nouvelles responsabilités – ou l’absence de responsabilité ! Parmi eux, Dave Kissoondoyal qui a osé un «Does sincerity, loyalty and devotion pay in the world we are living?» sur son compte Facebook, après avoir appris qu’il ne serait qu’assistant trésorier. Alors qu’il était, après Paul Bérenger, celui qui avait obtenu le plus de votes lors de l’élection du BP. En troisième position, Nitin Jeeha n’a, lui, pas obtenu de poste. «Rien de plus normal. Ils savent très bien la raison de tout ça et ne devraient pas s’en plaindre», apostrophe un militant qui ne voudra pas en dire plus.

 

Autant de feux à circonscrire pour Paul Bérenger avant de retrouver la sérénité tant souhaitée… Un vaste programme pour celui qui parle déjà des prochaines législatives.

 


 

Paul Bérenger : le regard tourné vers l’avenir

 

«Ce n’était pas un choix facile mais c’est un résultat extra.» La positive attitude version Paul Bérenger : «C’est une équipe de continuité mais de nouveauté aussi.» C’était lors de son point de presse qui a fait suite à la réunion du CC afin d’approuver les propositions du BP concernant la composition de l’équipe dirigeante hier, samedi 7 juillet : ce qui a été fait sans protestation. Désormais, assure le leader du MMM, le regard des Mauves est tourné vers les élections générales : «À partir de lundi, le travail retourne à la normale et nous avons le regard tourné vers les législatives. Nous travaillerons sur la liste des candidats.» Il a également annoncé que, dans les jours à venir, d’autres membres du MMM devraient être cooptés sans en dévoiler les noms. Il s’est appesanti sur l’élection du CC par l’Assemblée des délégués ainsi que celle du BP : «Enn vot se enn vot. Nous avons eu des surprises. Il y a des jours difficiles.»

 

La composition du BP. Leader : Paul Bérenger. Leaders adjoints : Ajay Gunness, Arianne Navarre-Marie, Deven Nagalingum et Aadil Ameer Meea. Président : Reza Uteem. Vice-président : Franco Quirin. Secrétaire général : Rajesh Bhagwan. Les adjoints : Tony Apollon, Khemraj Ortoo, Robert Hungley et Urmila Ortoo (social media et MMM TV). Trésorier : Veda Baloomoody. Assistant trésorier : Dave Kissoondoyal.

 

Sheila Bunwaree cooptée. Elle se chargera du Policy Council du MMM et travaillera sur la vision des Mauves et leur manifeste électoral.