• Chanmoonee Gonoo, 68 ans, égorgée lors d’un cambriolage | Sa petite-fille : «Notre famille est traumatisée»
  • À Vandermeersch : Instantanés d’une promenade
  • Dans le cocon de Sharmeen Choomka
  • Bientôt dans l’île : L’humoriste Kevin Razy : «J’espère que les Mauriciens sont fiers de moi»
  • La Cour accorde la liberté conditionnelle à son mari-bourreau | Yashna Joygobin : «Je ne me sens pas en sécurité»
  • Championnats d’Afrique de badminton : Les Mauriciennes croquent l’or
  • De nouvelles têtes à la conquête de «B-Town»
  • Et on patiente pour «Black Panther» !
  • Wolf Warrior 2 : Gros «boom boom» en terre africaine
  • Il était une fois…  «50 nuances plus claires»

L’Atelier Mo’Zar : Leur incroyable aventure musicale à Cuba

Plus heureux que jamais, les jeunes sont fiers d’avoir fait flotter le quadricolore à Cuba.

Ils ont longtemps attendu ce moment. Ils ont frappé à plusieurs portes et fait tout ce qui était en leur pouvoir pour réaliser leur rêve. Ils ont finalement réussi. Du 18 au 25 janvier, la troupe de l’Atelier Mo’Zar Espace Artistique était à La Havane, à Cuba, le temps de participer au Jazz Plaza International Festival, un des plus grands festivals de jazz au monde. Après avoir multiplié les opérations de levée de fonds et les appels à la générosité, les jeunes musiciens de Mo’Zar se sont finalement produits dans ce lieu mythique du jazz. Et l’événement a été à la hauteur – si ce n’est plus – de leurs espérances.

 

De retour à Maurice, leur émotion est toujours aussi palpable. Il y a quelques jours, une cérémonie a été organisée par Air Mauritius, un des sponsors ayant permis à la troupe de se rendre à Cuba, pour accueillir et féliciter ces jeunes. «Nous y sommes parvenus non sans mal, mais sur notre chemin, nous avons eu la chance de croiser des personnes qui ont cru en notre projet. Un projet un peu fou que de répondre à l’invitation du Jazz Plaza International Festival. Les Mo’zar ont fait entendre leur ‘‘séga-jazz’’ à La Havane. C’est aussi grâce aux battements d’aile du Paille-en-Queue. Merci pour le trophée reçu, une belle récompense pour les Mo’mo et pour nous tous qui les poussons à donner le meilleur d’eux-mêmes», a déclaré Valérie Lemaire, manager de l’Atelier Mo’Zar, sur sa page Facebook.

 

Avant de partir pour Cuba, cette dernière expliquait que le plus important n’était pas le voyage mais plutôt ce qu’il représente en termes d’opportunité pour ces jeunes. Ces derniers ont vécu ces quelques jours au maximum. Malgré un long et fatiguant voyage, c’est le cœur rempli de joie et de musique qu’ils ont livré plusieurs performances devant un public qui a vraisemblablement apprécié le «séga-jazz».

 

Ezékiel Ramtano, 15 ans, et sa sœur Elisabeth, 14 ans, faisaient partie de la troupe. Avec leurs camarades, ils ont vécu un des moments les plus forts de leur jeune carrière. «C’était juste extraordinaire. Je suis conscient d’être chanceux car il n’y a pas beaucoup de jeunes qui ont cette opportunité. C’était quand même un des plus grands festivals de jazz au monde», lance Ezekiel qui joue de plusieurs instruments de musique.

 

Les souvenirs des moments passés là-bas tournent encore dans leur tête à tous. Elisabeth, violoniste, se rappelle encore l’ambiance qui régnait lorsque la troupe jouait. «Nous étions tous super excités et le public a beaucoup aimé nos prestations.» Son frère, lui, se souvient que le public «a aimé nos vibes» et dansait. Un moment fort en émotion pour la troupe Mo’Zar. «Je suis tellement fier d’avoir représenté mon pays. C’était une aventure inédite», lance l’adolescent, fier d’avoir apporté, avec ses amis, un peu de Maurice au pays du jazz.