• Pourquoi je pars aux master class de la «Mauritius Cinema Week»
  • Joe Lesjongard, un «Deputy Speaker» surprise
  • Jeux Olympiques de la Jeunesse : Terence Saramandif entre dans l’histoire
  • Accusation d’abus sexuel sur un adolescent : Le Vatican interdit au père Moctee «tout contact avec des mineurs»
  • Poignardée par son époux : Viviane Louise, 53 ans, raconte l’enfer de la violence conjugale
  • Bousculons nos consciences…
  • Urvashi Gooriah : moi, Miss Mauritius…
  • Kaviraj Pather : «Les jeunes ont un rôle-clé à jouer dans le nouveau souffle que requiert notre pays»
  • Entraîneur d’athlétisme au Canada : La «sucess story» de Thiadeeren Ponambalum
  • Elle restitue 79 boulettes d’héroïne : les complices de la passeuse Sud-Africaine recherchés

Lari Napa Enn Labri : pour un «waouf» de solidarité

Gina Jean-Charles, Linley et Priscilla Moothien se sont lancés dans une belle aventure.

Le mouvement donne des ailes d’amour ! Sauver les toutous et leur offrir un coin et une famille. C’est le projet de Quatre Ti La Patte.

Parfois, l’idée est tellement belle, tellement lumineuse. Qu’elle touche au cœur, à l’âme. Les membres de Quatre Ti La Patte ont présenté la leur en fin de semaine. Et la magie a opéré. Oui, parce que, dans leurs mots, dans leur projet, il y a cette dose d’amour et de nécessité (mais aussi d’urgence) qui fait toute la différence, qui donne envie de s’impliquer, de sauter dans le 4x4 de l’aventure. Pour les suivre, prenez tout ce qui est beau en vous, toute l’affection qui coule dans vos veines. Laissez de côté cette part de rationalité qui freine, qui bride. Et tendez la main aux chiens errants, abandonnés et maltraités de l’île. D’un cœur humain à celui d’un waouf, il n’y a qu’un lien. Avec la campagne Lari Napa Enn Labri, vous pourrez le faire vibrer comme jamais.

 

L’objectif de ce mouvement national d’empathie – mais pas que : il y a surtout des actions concrètes au programme – est qu’il n’y ait plus de chiens errants dans les rues, qu’ils soient «ramenés à la maison», explique Linley Moothien, lors de la présentation du projet, à la salle de la mairie de Port-Louis, ce vendredi 21 septembre. Pour ce faire, il a présenté un calendrier d’activités aux côtés des deux autres chevilles ouvrières du mouvement, Priscilla Moothien et Gina Jean-Charles. C’est avec elles – et d’autres personnes – qu’il opère un  «sanctuaire pour chiens» qui se trouve à La Brasserie : un projet qui a demandé cinq ans de travail et de sacrifices. Pour l’instant, environ 80 toutous y ont élu domicile. Néanmoins, l’objectif est d’en recueillir d’autres. Beaucoup d’autres. Pour cela, il faut du matériel, de la nourriture et de l’aide.

 

L’objectif ? D’ici décembre 2018, 1 000 chiots doivent être secourus. De janvier 2019 à mars 2019, il sera question de venir en aide «aux plus vulnérables : aux chiens malades et âgés», confie Priscilla Moothien. Le nombre ? 1 000 encore. La troisième phase mettra en place l’ouverture de parcs régionaux avec le concours du Lions Club : «Des sanctuaires, c’est la clé pour réussir.» Les mois restants, il sera question de finaliser le ramassage. Entre toutes ces phases d’amour pour les chiens, il y aura la nécessité de consolider l’espace à La Brasserie (de le clôturer, de s’assurer que les chiens soient à l’abri et confortables), de leur fournir à manger (avec de la nourriture spécialisée pour les mamans et les chiots). «Nous avons l’espace, il nous faut du matériel», explique Linley Moothien. (Pour une liste de ce dont les chiens ont besoin, voir hors-texte.)

 

Afin de réaliser leur objectif, les acteurs de Quatre Ti La Patte font appel à l’aide des Mauriciens, des entreprises, des vétérinaires mais aussi du gouvernement (pour les factures d’eau et d’électricité), par exemple. Déjà, Ombrellis, l’entreprise de Linley Moothien, se charge de la mise en place d’une grande structure pour l’accueil des chiots. Le matériel est important, l’humain aussi. Il faut du monde pour bosser on site, pour s’assurer que les chiens et leur environnement soient propres, «afin d’éviter la prolifération de maladies», qu’ils soient en sécurité. Pour l’instant, une petite équipe se relaie 24h/7j : «Il faut des bénévoles et des salariés afin de faire tourner le sanctuaire», explique Priscilla.

 

Prendre un chien par la patte, ça vous tente ? Parfois, on ne peut pas résister, tellement l’idée est belle…

 


 

They need you !

 

Il s’agit d’une initiative privée, donc les coups de main sont essentiels...

 

Matériaux : des slabs en béton, du fencing pour les parcs…

 

Nourriture : pour les toutous, qu’ils soient petits ou âgés. Priscilla Moothien estime qu’il est nécessaire d’en prévoir, au moins, pour les cinq prochaines années.

 

Vaccination et stérilisation : un appel est fait aux vétérinaires.

 

En savoir plus : suivez la page Facebook de Linley Moothien.

 

Pour les contacter : appelez le 5484 1887, de 9 heures à 13 heures.

 


 

Un appel national : bientôt !

 

Tchombo. Avant d’appeler les membres de cette association pour qu’ils récupèrent les chiots, patientez encore un peu. Pour l’instant, il faut consolider le sanctuaire de La Brasserie et prévoir des espaces additionnels pour les toutous qui vont, finalement, rentrer chez eux. Quand la bande sera prête, elle vous le fera savoir. 

 

Gina Jean-Charles : émotions… 

 

Elle est aux côtés des toutous de La Brasserie au quotidien. Leur laisse une partie d’elle, prend une partie d’eux. De cet échange d’amour, la chanteuse Gina Jean-Charles a trouvé son inspiration pour son nouvel album, Penn la vie en couleur. Elle en a interprété deux titres lors du lancement. Et c’est avec sa voix et ses belles émotions qu’elle sillonnera le pays afin de porter son message en faveur des chiens errants.