• Linzy & friends pour un méga-concert
  • Pascal Herry : «L’accès à un logement décent demeure difficile malgré les récentes initiatives»
  • Shotokan - Formation : Passage remarqué du sensi Koichiro Okuma
  • Approvisionnement en eau : La grogne de certains citoyens
  • Importation de drogue dangereuse : Le monde du foot sous le choc après l’arrestation de L’Enflé
  • Collision fatale : Lorenzo Riche n’ira pas en croisière
  • Été : soyez au top pour vos sorties à la plage
  • Libéré après six jours en détention : Hans Nayna : «Ça m’a cassé mais…»
  • Bientôt un film sur les Chagossiens…
  • «Leve si to enn bon mari» : Quand les hommes de P&P Link se mobilisent pour… les femmes

La promenade Roland Armand cède la place au Metro Express | Les habitués mécontents : «C’est comme si on nous arrachait une partie de nous»

La promenade Roland Armand existe depuis plusieurs dizaines d’années.

La promenade Roland Armand, à la rue Vandermeersch, à Rose-Hill, parmi d’autres espaces verts, va disparaître. Cette nouvelle a été confirmée par le ministre des Infrastructures publiques, Nando Bodha, lors du lancement des travaux au dépôt, à Richelieu, le jeudi 5 octobre.

Cela fait plusieurs mois déjà que le tracé du Metro Express livre son lot de surprises qui sont loin de faire l’unanimité chez les Mauriciens ; plus particulièrement chez ceux qui sont etseront affectés directement par le projet. Si certains estiment que ce changement contribuera au progrès et à la modernisation de notre pays, la majorité s’oppose à ce que les rails remplacent le passage arboré entre la Place Margéot, à Rose-Hill, et l’église Sacré Cœur, à Beau-Bassin. 

 

La promenade Roland Armand existe depuis plusieurs dizaines d’années. Beaucoup disent trouver refuge dans cet espace pour respirer et contempler les arbres qui avaient mis tellement d’années à pousser afin «d’échapper à l’envahissant bruit ambiant de la ville et à la laideur des bâtiments en ruine dans les environs». Mais ces mêmes arbres, qui à l’époque de la floraison apportent une touche de gaieté dans la vie des citadins, ont récemment été numérotés. Ce qui signifie que le compte à rebours a déjà commencé et qu’ils feront bientôt place aux rails du Metro Express

 

Gabrielle, 74 ans, et Danielle, 61 ans, ne mâchent pas leurs mots. «C’est tout simplement horrible que le gouvernement nous fasse cela. C’est comme si on nous arrachait une partie de nous. Personnellement, nous n’avons jamais pensé que ce projet était une nécessité.» Cette promenade, elles la connaissent comme leur poche. «Cela fait plus d’une vingtaine d’années que nous fréquentons ces lieux. Lorsque j’étais plus jeune, j’y faisais mon jogging, et maintenant j’y fais mon footing», ajoute Danielle. Ces deux amies, toutes deux des habitantes de Beau-Bassin, n’ont jamais manqué une occasion de se réunir pour contempler le beau paysage qu’offre la promenade Roland Armand. «Au lieu de protéger notre environnement, ils le détruisent et laissent place à la pollution. Ce sont nos enfants qui vont en souffrir plus tard», déplore Danielle. Une opinion que partage Mario, 63 ans, un autre Beaubassinois. Bien que conscient que «nous serons les premiers à bénéficier de ce projet», il considère la disparition de la promenade comme «un drame pour ceux qui y font leur jogging ou leur marche régulièrement».

 

L’état a déjà identifié un terrain non loin du Central Electricity Board (CEB) de Rose-Hill afin qu’un parc de bien-être soit aménagé à l’intention des marcheurs et joggeurs. Mais cette alternative est loin d’apporter entière satisfaction car elle se trouve bien trop loin des maisons, estiment les habitués. «La proximité de la promenade Roland Armand est un avantage pour nous. Mais nous ne nous voyons pas marcher jusqu’à Rose-Hill pour faire notre footing quotidien. Ceux qui n’ont pas de voiture ne peuvent pas bénéficier de cette option.» Doriana et Telvani, deux adolescentes de 17 ans et domiciliées à Résidence Barkly, abondent dans le même sens. «Nous y faisons notre jogging depuis peu car c’est l’endroit le plus proche de chez nous pour faire du sport. Il sera difficile pour nous de nous déplacer jusqu’à Rose-Hill. Comment allons-nous faire pour rentrer chez nous après ?» s’interrogent-elles. Quant à Mario, l’idée de l’aménagement d’un parc de bien-être à Rose-Hill ne le dérange pas plus que cela : «Je passe par la promenade et marche jusqu’à Réduit quotidiennement.»Il considère toutefois nécessaire que des trottoirs soient aménagés à la rue Vandermeersch après la disparition du parcours de santé. 

 

La promenade Roland Armand n’est pas l’unique espace vert qui disparaîtra dans la région de Beau-Bassin/Rose-Hill. Le tracé du Metro Express passera aussi par le jardin Bijoux, derrière le bureau de la poste de Beau-Bassin, en passant par celui situé à la rue Nelson Mandela, et se dirigera vers Résidence Barkly. 

 


 

Adi Teelock, porte-parole de Platform Moris Lanvironnman : «Il n’y a eu aucune évaluation des impacts négatifs de la disparition des espaces verts»

 

«La nature apporte un bien-être inestimable», confie celle qui a à cœur la protection de l’environnement. Alors, Adi Teelock, porte-parole de Platform Moris Lanvironnman, se dit triste du sort que devrait subir la Promenade Roland Armand à Beau-Bassin/Rose-Hill. «Il est triste de voir que de magnifiques arbres sont appelés à tomber sous les assauts de tronçonneuses tout le long du tracé du Metro Express, que ce soit au Jardin Bijoux, à Beau-Bassin, ou sur les promenades Roland Armand et Gérard Bruneau à Quatre-Bornes. De tels lieux, outre d’être un plaisir pour les yeux, remplissent des fonctions importantes. Ces promenades ne sont pas uniquement utilisées par des joggeurs mais aussi comme des lieux de détente et comme voies piétonnes, entre Beau-Bassin et Rose-Hill dans le cas de la Promenade Roland Armand, et entre Belle-Rose et Quatre-Bornes dans le cas de la Promenade Gérard Bruneau.» 

 

Les autorités ayant amendé l’Environment Protection Act pour soustraire spécifiquement le projet de Metro Express des projets requérant une étude d’impact environnemental et social, dit-elle,«il n’y a eu aucune évaluation des impacts négatifs de la disparition des espaces verts ni aucun engagement formel de la part des autorités pour des mesures d’atténuation, comme cela aurait été le cas sans cet amendement». Le développement, s’il veut être durable et bénéfique à la population, conclut-elle, ne se conduit pas de cette façon.