• Adi Teelock : «Dans 30 ans, nous allons perdre environ 15 % des plages»
  • Comment garder la forme en été
  • Judo News : La bande à Baptiste Leroy au Sénégal
  • Wendi Madré ou les doigts de fée d’une créatrice
  • Shad, un an et demi, hospitalisé suite à une chute dans les escaliers | Ses parents : «Nous voulons des réponses…»
  • Anishta Seesurrun : au nom de ma sœur Kerina
  • Il est admis à l’hôpital de Candos depuis 16 mois : Le long calvaire du petit Shishaan à l’unité des grands brûlés
  • Metro Express : sur les rails du mécontentement
  • Et si on était Vincent Duvergé…
  • «Busy B» à Flacq : L’appel de l’Est de Béatrice Bijoux Bellepeau

JIOI - Nomination d'Akbar Patel : L’optimisme des Golden Boys de 2003

La sélection nationale de football retrouve un coach qui lui a fait gagner la médaille d’or aux JIOI 2003. A neuf mois de cette compétition, ceux qui ont décroché le précieux métal nous livrent leurs impressions sur cette nomination.

L’espoir est de mise. Beaucoup sont pessimistes sur les chances de Maurice de remporter la médaille d’or aux prochains Jeux des îles de l’océan Indien (JIOI) 2019 quand on compare le niveau du football mauricien à celui de nos voisins malgaches, qui viennent de décrocher une qualification historique pour la prochaine Coupe d’Afrique des Nations (CAN) 2019, ou encore les Comores qui tutoient les grandes nations du football africain. L’intronisation d’Akbar Patel comme sélectionneur national jusqu’aux JIOI revêt aussi un certain scepticisme.

 

Pourtant, le nouveau coach du Club M connaît bien la maison et sa mission pour avoir été le seul Mauricien à avoir remporté la médaille d’or aux JIOI 2003, sur notre sol, et une médaille d’argent en 2011. Au milieu de ce sentiment de défaitiste avant l’heure, certains croient dur comme fer qu’Akbar Patel est l’homme de la situation pour rééditer l’exploit de 2003. On se souvient de la liesse qui a été plus ou moins similaire à celle de 1985 où au bout d’un match à suspense, Jean-Marc Ithier et consorts ont pu prendre le dessus sur La Réunion (2-1).

 

Pour saluer la symbiose entre le Club M et ses fans, le stade George V fraîchement rénové (New George V), voyait une symbiose entre les fans et les joueurs tels Guillano Édouard, Jimmy Cundasamy, Désiré Periatambee et Tony François. Ces derniers sont montés sur la plus haute marche du podium avec une médaille d’or au cou, devant une foule de Mauriciens en communion derrière le drapeau national.

 

Guillano Édouard connaît bien Akbar Patel du temps où les deux se sont côtoyés au Centre national de formation de football (CNFF). «C’est un bâtisseur et on peut fermer les yeux et laisser la sélection nationale tranquillement entre ses mains. Sans hésitation je peux affirmer qu’Akbar Patel peut offrir à Maurice la médaille d’or l’année prochaine», confie l’ex-défenseur international à la retraite.

 

Son ex-coéquipier de la sélection nationale est, lui aussi, d’avis qu’une réédition de l’exploit de 2003 et de 1985 est dans le domaine du possible. «Les JIOI auront lieu sur notre sol et cela représente un gros avantage. On l’a fait à deux reprises dans le passé et pourquoi pas une troisième fois ? Akbar Patel peut mener à bien cette mission encore une fois. Reste à voir quel groupe de joueurs il va retenir», analyse Jimmy Cundasamy, qui évolue toujours comme footballeur à l’île de la Réunion.

 

De son côté, Désiré Periatambee estime que le coup est jouable pour le Club M, version Akbar Patel. «Le football demeure la seule discipline où tout peut arriver. C’est ce qui fait la beauté de ce jeu. C’est pourquoi, je pense que Maurice peut remporter la médaille d’or aux prochains JIOI du moment où on a un plan de travail bien défini et la confiance de tout un chacun. Je suis sûr qu’Akbar Patel fera confiance à des joueurs de qualité. Nous aurons l’avantage d’être devant notre public. C’est quelqu’un qui connaît très bien le football mauricien et son expérience peut apporter quelque chose. Certes, être placé à la tête d’une sélection nationale n’est pas un cadeau surtout avec les relations conflictuelles entre le ministère et la MFA», estime l’ex-international mauricien, issu du CNFF et qui a fait carrière en France.

 

Au milieu de ce vent d’optimisme, l’avis de Tony François tranche sensiblement avec ses anciens coéquipiers. Pour lui  l’affaire risque d’être difficile. «La concurrence sera rude même si les Comores seront sans ses expatriés et Madagascar sera engagé dans la CAN 2019. On connaît le niveau du football malgache avec ses joueurs locaux. Et puis Akbar Patel s’est éloigné du football après les JIOI 2015 pour ensuite s’occuper de la formation et j’espère que cette cassure ne le pénalise pas. La mission est difficile mais pas impossible», déclare l’actuel entraîneur du Pamplemousses SC. Dans neuf mois on pourra juger si Akbar Patel aura réussi dans sa mission.

 


 

 

Akbar Patel : «Inculquer la confiance aux joueurs mauriciens»

 

 

Sous le signe de l’émotion. Akbar Patel retrouve la sélection nationale trois ans après avoir été prié de plier bagage dans des conditions rocambolesques lors des JIOI 2015. Depuis, comme il l’a souligné hier, lors de sa présentation officielle comme nouvel homme fort du Club M, la flamme pour le football s’est éteinte. Un stage en Allemagne et un passage sur le banc de touche du Cercle de Joachim n’ont pas ravivé cette passion.

 

«Lorsqu’on m’a proposé de prendre en main le Centre technique de formation ça été un déclic pour moi. Voilà que j’ai accepté de prendre du service lorsqu’il y a eu la proposition de revenir à la tête du Club M, car le football c’est ma passion, et j’ai une obligation envers le football mauricien», rappelle celui qui, avant sa nomination, était le responsable du nouveau Centre technique national François Blacquart, à Réduit.

 

Le technicien mauricien annonce que le prochain match du Club M sera en mars prochain, puis une participation à la Cosafa Cup 2019 et éventuellement une tournée en Afrique du Sud. Pour mieux mener à bien sa mission, il s’est entouré de gens qu’il connaît bien tels que Désiré L’Enclume, son inséparable partenaire avec lequel Maurice a remporté l’or en 2003, et l’argent en 2011, et qui agira une fois de plus comme coach des gardiens de but. Colin Bell, ex-international mauricien qui était le capitaine du Club M de l’ère Akbar Patel fait aussi partie du staff technique tout comme Iswar Boolkah (physio).

 

Il annonce un premier rassemblement des joueurs mauriciens pour le mardi 20 novembre, et cela deviendra une habitude les mardis jusqu’en décembre. «Après les fêtes de fin d’année nous allons réunir les joueurs et je pense qu’à partir de là je pourrais dégager un groupe d’une trentaine de joueurs pour passer à une autre étape de la préparation», explique le nouvel entraîneur du Club M.

 

«Une dizaine de matches sera suffisante pour créer ce que je veux mettre en place. Pour cela, il y a trois axes important, d’abord créer un groupe qui va accepter de vivre, se battre et souffrir ensemble. Nous miserons aussi sur la préparation technique et tactique. Nous avons obligation de rendre le public mauricien heureux surtout que les JIOI seront sur notre sol. Il faut inculquer la confiance aux joueurs mauriciens, il faut qu’ils soient forts dans leur tête. Je connais les footballeurs mauriciens. Il ne faut pas oublier que le Club M avec seulement deux expatriés, Adel Langue et Andy Sophie, a pu battre l’Angola. Cela démontre que nous avons beaucoup de talents à Maurice», affirme le technicien mauricien de 59 ans.

 

L’intronisation d’Akbar Patel a été effectuée par le ministère de la Jeunesse et des Sports, en accord avec la Mauritius Football Association (MFA), ont précisé Stephan Toussaint et Mustapha Chitbahal hier matin, lors de leur intervention. L’objectif est de remporter la médaille d’or l’année prochaine.