• Lor To Larout : Quand le père Laurent Rivet fait résonner pop rock-séga, reggae et swing
  • La vie en bio
  • Maalaavi Raghoo, 2 ans, atteinte d’anémie aplastique sévère : Sa famille dans l’attente…
  • Nushrath Maghoo-Allgoo, tout en beauté
  • Transfert : Damien Balisson rejoint La Tamponnaise
  • Reconstruction mammaire : ce qu’il faut savoir…
  • Boxe – Championnats du Monde Jeunes : Hellène et Antalika défient l’élite mondiale
  • Le Marchand : un «one stop shop» signé Boris de Chazal
  • Rashid Edoo ou l’histoire d’un aveugle qui retrouve la vue
  • Saisie de cocaïne et de cannabis chez un jeune directeur à Flic-en-Flac : L’ADSU sur la piste de Patrice Rungasamy depuis une semaine

Flashback Productions | Alice et Patricia : la guerre filmée aux… clichés

Deux passionnées (Alice, à g., et Patricia) et un univers de possibilités : défilé, spectacle, mariage, entre autres.

Un monde d’hommes ! Pourtant, deux femmes ont décidé de le braver. Caméra en mains et sens de l’esthétique, elles espèrent changer la donne.

Fond noir et lumière forte. Il ne s’agit pas d’une chambre de torture à la 50 shades, non. Mais plutôt d’un petit studio photo au cœur de la capitale. Atmosphère cozy (il est tout petit). Ambiance zen ; il suffit de fermer la porte pour se croire, presqu’ailleurs. Les bruits de la circulation s’estompent. Et le gris de ce ciel post-pluies torrentielles se noie dans la chaleur d’un projecteur. Face à l’objectif, Patricia Ménelas, 26 ans, et Alice Gopee, 23 ans, s’installent pour une séance photo. «Ça fait bizarre d’être là», confie cette dernière. Étrange situation pour celles qui ont l’habitude de se retrouver de l’autre côté de la caméra. Les deux partenaires en affaires, à la tête de Flashback Productions (qui existe depuis 2017), sont des filles qui en veulent. Le duo est spécialisé dans  la vidéographie (mais pas que : voir  hors-texte). Dans cet univers plutôt masculin, elles ont décidé de s’imposer. De laisser leur empreinte en négatif pour une aventure ultra positive.

 

À deux, elles capturent les émotions, racontent des histoires, créent sur pellicule des images qui nourrissent les souvenirs. Elles font de la photo, «le marché est saturé», mais ont préféré se tourner vers les séquences filmées. La formation s’est faite sur le tas, avec de la patience à… saturation, et des longues heures à se perfectionner : «Nous nous sommes formées seules, sans formation diplômante, mais à deux.» Le binôme se comprend et s’entraide : «Ça fonctionne bien. Nous sommes connectées.» De la prise d’images au montage, en passant par l’habillage, elles gèrent tout dans leur petit studio.

 

D’ailleurs, c’est ensemble qu’elles ont puisé dans leurs économies pour se lancer et investir dans le matériel nécessaire. Trouver un emprunt au nom de leur compagnie : mission impossible, disent-elles. Un pari un peu fou qu’elles assument. Même si la route est – encore – longue vers leurs rêves ultimes (devenir les incontournables dans ce secteur). En tout cas, celles qui se décrivent comme étant «le duo de choc» ont décidé de ne pas perdre le clic de la passion malgré les difficultés…

 

Convaincre une banque en est une. Mais il n’y a pas que ça ! Certains potentiels clients s’inquiètent de se trouver face à des girls. «Être une femme dans ce métier, ce n’est pas facile. Quand on dit qu’on est deux, c’est encore plus compliqué», confie  Alice qui a évolué dans le domaine de la communication et de l’événementiel. La vidéo, c’est un truc d’homme ? Non – elles le prouvent –, mais on pourrait bien y croire, parfois : «Certaines personnes pensent que les femmes ne peuvent pas y arriver.» D’accord, il n’y a pas que l’image à saisir, le moment à emprisonner, le job est aussi physique. Il y a des longues heures – du matin au soir pour un mariage, par exemple – à se tenir debout ou à s’accroupir. Et le matériel à porter et les impératifs du métier : ce n’est pas de la tarte. Mais ça ne veut rien dire : «Nous assurons sans problème.»

 

«Changer les mentalités»

 

Patricia et Alice font exploser les clichés : «Nous essayons de changer les  mentalités.» Elles ont même un petit quelque chose en plus. Leur sensibilité féminine. Cliché encore ? Pas du tout, affirment-elles : «Nous avons l’œil. Nous sommes plus sensibles. Nous cherchons l’émotion, nous apprenons à connaître nos clients, nous les écoutons», explique Patricia, diplômée en graphic design, et la moins bavarde du duo. Ses vidéos, elle les imagine en couleur et remplies de vie : «Ce n’est jamais boring.» Et quand on leur demande ce qui est le plus difficile dans leur métier (au-delà du besoin de s’imposer dans un univers impitoyable – Dallas ?), la réponse est cash : fonctionner quand on a ses ragnagnas. Le cadeau de Dame Nature, tous les mois, rend les choses un peu plus compliqué : «Il faut assurer malgré la douleur.»

 

À part ça ? Tout roule ! Comme une séquence filmée… sur fond noir.

 


 

Plusieurs cordes

 

Il y a de la vidéo… mais pas que. Patricia et Alice offrent de nombreux services. Elles souhaitent être un «one stop partner» pour ceux et celles qui veulent communiquer : «C’est important de se diversifier tout en se spécialisant. On ne sous-traite pas. On s’occupe de tout : photo, vidéo, communiqué et présence sur les réseaux sociaux.» Du coup, ça fait des prix imbattables… Il y a aussi les services d’impressions sur t-shirt ! Pour en savoir plus, faites un tour sur leur page Web (https://flashbackproductions.net/) ou sur la page Facebook (Flashback Productions).