• Pascal Tsin : Mon business autrement
  • Anoushka Shankar : en attendant mercredi
  • Kyokushinkai – All Asia Championship : Zakariyya Ozeer offre le bronze à Maurice
  • Un «Beautiful Cocktail» signé Curty Laviolette
  • Lari Napa Enn Labri : pour un «waouf» de solidarité
  • Ils dénoncent un policier et sont arrêtés pour vol | Les frères Hazemoth : «Il s’agit d’une injustice»
  • Arnaud Poulay : «Les Agaléens sont tous révoltés»
  • Décès de Mathieu Leveque, 14 ans, en classe : Tristesse et révolte d’un père en quête de vérité
  • Agnès Cateaux : oh my look !
  • Batti Gul Meter Chalu : Laissons entrer la lumière

Exposition sur la Constitution : sur les pas d’un document

Mariam Edoo n’est pas venue  découvrir l’exposition, mais vous, vous le pouvez !

Il y a ces vieilles pierres qui témoignent. D’un autre temps, d’un autre récit. Et puis, il y a cette exposition qui raconte une autre histoire ; celle de la Constitution. Depuis quelques jours – et jusqu’au 1er juin –, l’Aapravasi Ghat (AG) accueille une exposition qui retrace le parcours de cet important document, dans le cadre de ses 295 ans et des 50 ans de l’Indépendance du pays. Cette initiative du bureau de l’Attorney General – dont le choix du lieu a provoqué une petite polémique – permet d’en apprendre plus sur la loi suprême qui régit le pays. Une occasion de faire le plein de savoir sous différents formats : en vidéo, en fiches détaillés et en suivant un timeline simple et explicatif (accessible aux plus jeunes). La bonne nouvelle : l’entrée est gratuite.

 

Première étape ; le visionnage d’un court-métrage. Des images d’archives et des explications par une voix-off (en anglais). Ça va vite et il faut s’accrocher pour suivre toutes ces informations. On apprend que l’île de France détient son premier acte constitutif en 1723, un édit du roi établissant un conseil provincial à Maurice. La première constitution britannique et l’establishment of first council of governement date de 1825. Ça remonte ! Pour poursuivre sur le chemin de l’Histoire, direction la salle d’auscultation et la salle des malades, où l’on découvre des explications plus poussées (des ordinateurs permettent de découvrir des documents d’époque très intéressants : mais il faut se donner le temps !).

 

Ce mercredi 16 mai, il n’y a pas de visiteurs, néanmoins. Ah une nani !  Mariam Edoo, 88 ans, est venue en famille pour faire un devoir de mémoire et, malheureusement, l’exposition ne l’intéresse pas : ce n’est pas le but de cette petite sortie. Cependant, au fil des jours, explique une employée du bureau de l’AG qui se charge des explications, il y a eu plusieurs visites scolaires. Des petits qui apprennent qu’est-ce qu’un président de la République et un Premier ministre ainsi que le rôle joué par plusieurs personnes dans notre Histoire tels que sir John Pope et Dr Maurice Curé…