• Adi Teelock : «Dans 30 ans, nous allons perdre environ 15 % des plages»
  • Comment garder la forme en été
  • Judo News : La bande à Baptiste Leroy au Sénégal
  • Wendi Madré ou les doigts de fée d’une créatrice
  • Shad, un an et demi, hospitalisé suite à une chute dans les escaliers | Ses parents : «Nous voulons des réponses…»
  • Anishta Seesurrun : au nom de ma sœur Kerina
  • Il est admis à l’hôpital de Candos depuis 16 mois : Le long calvaire du petit Shishaan à l’unité des grands brûlés
  • Metro Express : sur les rails du mécontentement
  • Et si on était Vincent Duvergé…
  • «Busy B» à Flacq : L’appel de l’Est de Béatrice Bijoux Bellepeau

Eric Antoine, humoriste-magicien : «Maurice est une terre rare»

C’est un rendez-vous à ne pas rater. Le 27 avril, à partir de 20 heures, sur la scène du MGI, Eric Antoine proposera un show unique aux Mauriciens. Les billets, à Rs 800 et Rs 1 900, sont en vente sur le Rézo Otayo et MonTicket.mu. À quelques semaines de son spectacle, il répond à nos questions…

Qu’avez-vous répondu quand on vous a proposé une scène à Maurice ?

 

J’ai dit oui tout de suite. Des gens hyper gentils sur une île paradisiaque, je ne vois pas trop où est le doute là-dedans.

 

Comment l’idée de mélanger la magie et le stand-up est-elle née ?

 

Elle est née il y a une vingtaine d’années. On m’avait demandé d’animer une conférence dont le sujet était le cerveau. Après un philosophe et un neurochirurgien, je suis intervenu en tant que magicien. J’ai écrit 15 minutes de magie et d’humour sur le thème du cerveau. En voyant la vidéo de cette prestation pour la première fois de ma vie, je me suis fait rire et je me suis dit, tiens, il y a quelque chose à vivre. Et c’est ainsi qu’est né ce personnage et ensuite le premier spectacle.

 

Pouvez-vous nous raconter les circonstances dans lesquelles vous vous êtes retrouvé à participer à La France à un incroyable talent ?

 

J’étais candidat en 2006 et le parcours a été plus ou moins classique. Mon frère était assistant monteur, c’est-à-dire que la nuit, il faisait du «dérushage». Il mettait des cassettes afin de les numériser pour que les monteurs puissent travailler, dans une société de production qui s’appelle Freemantle. Il m’a prévenu qu’un nouveau programme se préparait : La France à un incroyable talent. J’ai auditionné sur ses conseils. J’ai passé une première audition, une deuxième, et des rendez-vous et puis j’ai été «casté» pour cette première émission. Et c’est comme ça que j’ai fait mes premières télés et que j’ai connu mes premiers succès audiovisuels. L’impact a été très fort dès le début. Par la suite, on m’a un peu oublié. Puis, petit à petit, je me suis fait de nouveau remarquer par les spectateurs et ma présence régulière chez Michel Drucker.

 

Qu’est-ce qui a changé entre celui que vous étiez avant l’émission et celui que vous êtes aujourd’hui ?

 

De manière générale, je dirais que ce n’est pas vraiment ma première participation à La France à un incroyable talent qui a changé la donne. Je dirais que ce sont vraiment les premières années de travail, l’apport de la presse, les différentes émissions de télévision. Je suis devenu juré beaucoup plus tard mais ce qui a changé entre le fait d’être connu et et le fait de ne pas l’être, c’est que, quand tu commences un spectacle et que tu es connu, les gens t’aiment avant que tu commences et donc ils rient et sont heureux de te voir dans les premières secondes. Quand tu n’es pas connu, les 10 à 15 premières minutes sont des minutes de conviction, où il faut se battre pour leur faire sentir qu’ils vont passer un bon moment avec toi. Plus les années passent, plus les gens te connaissent, cela devient plus difficile de les surprendre.

 

Qu’est-ce que cela vous fait d’être considéré comme l’un des deux animateurs préférés des 7-14 ans ?

 

Ça me fait très plaisir. En plus, je suis considéré comme l’animateur préféré des enfants. J’ai été aussi nommé juré préféré des Français. Je sens qu’il y a une histoire d’amour qui perdure depuis que tout a commencé lors de ma première apparition à la télé. Je suis un grand gamin… Et donc, les enfants perçoivent l’enfant que je suis.

 

Que cherchez-vous dans les prestations que vous devez juger dans La France a un incroyable talent ?

 

Avant tout, je cherche la surprise, quelque chose que je n’ai jamais vu et entendu. Je cherche l’inoubliable.

 

Que répondez-vous quand on dit de vous que vous êtes celui «qui révolutionne comme personne le genre du one-man-show» ?

 

Je réponds que c’est faux (rires). Il y a beaucoup d’artistes qui sont plus marquants que moi, qui ont révolutionné mon monde et mon écriture.

 

Connaissez-vous Maurice ?

 

Oui, je connais un petit peu Maurice. Je suis venu quelques fois. Je trouve le peuple incroyable, cet œcuménisme, ce mélange de pratiques religieuses entre les différentes composantes de la population, cette paix qui règne et les différentes langues, je trouve cela extraordinaire. C’est une terre rare !

 

Que proposerez-vous aux Mauriciens lors de votre visite chez nous ?

 

Je leur proposerai un spectacle un peu inédit. Ce sera un best of, un mélange de tous mes spectacles. Je vais aussi adapter du matériel pour qu’il y ait quelque chose qui soit dédié à l’île Maurice.

 

Avez-vous quelques mots pour vos fans…

 

Vous avez très bon goût mes fans, je vous aime beaucoup et à très bientôt.