• «Non» aux accords de pêche : au nom des baleines, des dauphins, des thons
  • Harry Mootoosamy : L’as des portraits
  • Championnat de Maurice Snooker : Une première nationale pour Salman Moosa
  • Vanessa Lindor, le spa de ses rêves
  • Menace de déportation | Arnaud Poulay : «Ce n’est pas mon combat mais celui de tous les Agaléens»
  • Appel à l’aide : Pour que Shahana puisse entendre…
  • Accident fatal : Un septuagénaire succombe à ses blessures après une collision
  • Anjanita Mahadoo : Son rêve américain
  • Wilfried N’Sondé : littérature, esclavage et jeunesse
  • Trail – Gaël Aliphon : Un Mauricien sur le Mont Blanc

Drogue : Le combat de CUT continue de plus belle

Le collectif mène une lutte sans relâche pour faire freiner la prolifération de la drogue dans l’île.

Un monde infernal qui compte de plus en plus d’adeptes. La drogue prolifère à Maurice et de nombreuses personnes, surtout des jeunes, en quête de nouvelles sensations ou d’expériences, cèdent à la tentation. D’autant que les drogues synthétiques se trouvent à tous les coins de rue et à bas prix. Face à la situation, le Collectif Urgence Toxida (CUT) ne baisse pas les bras et continue sa lutte pour conscientiser le public à ce fléau et soutenir les victimes.

 

«Il y a un grand manque d’effectifs sur le terrain. Dans la plupart des quartiers où nous sommes présents, nous voyons encore et toujours les mêmes personnes qui besognent. Il est grand temps que tout cela change. C’est une mobilisation à tous les niveaux qui fera changer les choses. D’où notre mécontentement concernant le manque de communication sur le National Drug Control Masterplan par les autorités concernées», fait ressortir Kunal Naïk, Advocacy & Communications Coordinator de CUT.

 

Pour le collectif, il est urgent que le gouvernement comprenne l’importance d’une réforme de la politique sur la drogue. «Malgré tous les procédés mis en place pour freiner l’entrée des drogues sur le sol mauricien, la situation ne fait qu’empirer. C’est pour cela qu’il est impératif que le gouvernement revoie tout son système et vienne de l’avant avec des solutions et un plan directeur pour que tous puissent travailler ensemble», explique Danny Philippe, membre du collectif. Une des priorités, selon lui : la mise en place de centres de réhabilitation pouvant accueillir les jeunes qui veulent se sortir de cet enfer.

 

«Nous ne pouvons plus accueillir des jeunes de moins de 18 ans dans les mêmes centres que leurs aînés. Certes, la drogue est le point commun qui les relie mais la pédagogie d’accompagnement pour chacun doit être différente.» Car selon Danny Philippe, le programme et l’encadrement dédiés à un adulte ne sont pas adaptés à un adolescent de 15 ans. C’est pour cela que, depuis 10 ans, le Collectif Urgence Toxida ne cesse de réclamer du gouvernement la mise sur pied d’un centre de réhabilitation uniquement pour les jeunes. Plus qu’une urgence aujourd’hui, face au rajeunissement des consommateurs de drogue.

 

Le combat sans relâche que mène CUT depuis des lustres se veut efficace et informatif, afin de faire changer les regards des gens sur les victimes de la drogue mais aussi pour qu’il y ait une prise de conscience des dégâts majeurs que cause la drogue dans la société mauricienne. «Il est important de savoir que personne n’est à l’abri de la drogue et que c’est ensemble que nous pouvons changer les choses. C’est pour que cela que nous revenons de l’avant, à partir de juin, avec notre campagne Support Don’t Punish 2018. Certes, un drug-free world est une utopie mais nous pouvons freiner sa propagation si nous travaillons main dans la main», avance Danny Philippe, très confiant et motivé par cette bataille.