• Triste fin pour Ruwaidah, mariée et enceinte à 13 ans
  • Mesure budgétaire : Passeport et nationalité «en vente» : pourquoi ça fait peur…
  • Angleterre vs Panama (16h aujourd’hui) : Southgate en route vers le glorieux passé
  • [A L'AFFICHE] MILF : Femmes mûres au bord de la crise de séduction
  • [A L'AFFICHE] Action ou vérité : Le jeu ou la mort
  • [A L'AFFICHE] Jurassic World : Fallen Kingdom | Des raisons de se laisser croquer
  • Sanju : Sanjay Dutt à coeur ouvert
  • Hippisme 13e journée | The Great One émerge
  • [EDITO] Éduquons nos enfants, protégeons nos petites filles !
  • Dans la cuisine de Hourushaa Dowlut

Betamax : l’affaire qui valait Rs 4,5 milliards…

L’homme d’affaires Veekram Bhunjun avait demandé réparation.

Le Singapour International Arbitration Centre (SIAC) a tranché en faveur de Betamax. Et ça va coûter cher, mais alors là, très cher. L’état mauricien est condamné à payer Rs 4,5 milliards à Veekram Bhunjun et sa firme Betamax. C’est la sentence prononcée par le Singapour International Arbitration Centre (SIAC) dans ce qu’on appelle maintenant l’affaire Betamax. 

 

Celle-ci remonte à janvier 2015, lorsque l’état résilie le contrat de Betamax, un mois après la victoire de l’Alliance Lepep aux élections générales. Un contrat de Rs 10 milliards signé en novembre 2009, entre cette firme et la State Trading Corporation. L’objectif : l’approvisionnement, pendant 15 ans, en carburant grâce au pétrolier de Betamax, le MT Red Eagle. En avril 2016, le directeur de Betamax porte l’affaire devant le SIAC, estimant qu’il a encouru des pertes de plus de Rs 5 milliards.

 

Cependant, on apprend que l’état n’a pas dit son dernier mot. En effet, il compte saisir la Cour suprême pour contester la sentence prononcée par le SIAC. Mais l’ancien Premier ministre Navin Ramgoolam est catégorique : l’état ne pourra pas faire appel et devra passer à la caisse.